1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Réforme fiscale : qui sont les gagnants et les perdants ?
2 min de lecture

Réforme fiscale : qui sont les gagnants et les perdants ?

ÉDITO - Le projet de Budget touche à sa fin. À quelle sauce les contribuables vont-ils être mangés ? Le magazine "Capital", en partenariat avec RTL, livre son verdict.

La déclaration d'impôts sur le revenu (illustration)
La déclaration d'impôts sur le revenu (illustration)
Réforme fiscale : qui sont les gagnants et les perdants ? Eco Menanteau
03:08
Réforme fiscale : qui sont les gagnants et les perdants ?
03:08
Loïc Farge
Loïc Farge

La cuisine fiscale des chevaliers du nouveau monde politique diffère-t-elle réellement de la tambouille française de ces trente dernières années ? La réponse est finalement sans ambiguïté, et elle est positive. Le chef Édouard Philippe et son équipe nous ont mitonné des plats nouveaux. Reste à savoir pour qui. Pour les riches ou le CAC 40, comme le prétend Martine Aubry, la première à dénoncer ce Budget ? Pour les plus modestes aussi, comme s'en défend le gouvernement ? Les chiffres du dossier de Capital (en partenariat avec RTL) démontrent, à travers des cas réels, que lorsque toutes les mesures programmées cette année auront atteint leur vitesse de croisière (dans trois ans), pratiquement toutes les catégories de contribuables se retrouveront gagnantes.

Pour les foyers très lourdement imposés, la note va parfois s'alléger d'un montant impressionnant, pour autant qu'ils investissent dans l'économie productive. Dans le même temps, et quoi qu'en pense Jean-Luc Mélenchon, les foyers modestes peuvent eux aussi se réjouir : les smicards engrangeront à terme 1.500 euros par an (l'équivalent d'un treizième mois).

Salariés et indépendants laissés pour compte

Qui va payer la facture ? De façon assez surprenante, notre dossier affiche des résultats étonnamment homogènes. Salariés du privé, fonctionnaires, retraités modestes et petits artisans vont tirer leur épingle du jeu. Certains grâce à la suppression de la taux d'habitation ; d'autres par la substitution de la CSG aux cotisations sociales. Pour tous ces profils types - et ils recouvrent la quasi-totalité des contribuables (n'oublions pas que près de six foyers sur dix n'acquittent pas l'impôt sur le revenu), le nouveau paysage fiscal est positif.

Restent deux catégories de contribuables clairement laissées pour compte : les retraités prétendument aisés, dont la pension mensuelle est supérieure à 1.197 euros ou 1.837 euros pour un couple ; et les indépendants et professions libérales qui réalisent plus de 43.000 euros de chiffre d'affaires par an. Deux vilains trous dans la broderie fiscale. Le gouvernement déclare les assumer. On peut en prendre acte. Mais certainement ne pas croire que ces angles morts sont justifiés par un devoir d’équité et de solidarité.

Les plus

À lire aussi

Le marché des biens de luxe devrait afficher une croissance de 6% en 2017. Essentiellement grâce aux Chinois, et pour le plus grand bénéfice des firmes françaises du secteur.

La note du jour

12/20  au Chantier naval de Marseille. Sa super cale - la plus grande de Méditerranée - va accueillir un navire de 300 mètres. Une résurrection après dix-sept ans d'inactivité.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/