1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Prix de l'eau : une étude pointe des écarts de 1 à 3 selon les villes
2 min de lecture

Prix de l'eau : une étude pointe des écarts de 1 à 3 selon les villes

REPLAY - 1,50 euro le mètre cube à Antibes, contre 5,17 à Évreux : une enquête met en lumière les différences importantes du prix de l'eau en France selon les communes.

Photo prise le 26 février 2014 à Quimper d'un robinet et d'un verre d'eau
Photo prise le 26 février 2014 à Quimper d'un robinet et d'un verre d'eau
Crédit : AFP / FRED TANNEAU
Prix de l'eau : une étude pointe des écarts de 1 à 3 selon les villes
02:19
À Niort, le coût élevé de l'eau : les nitrates
01:03
Armelle Levy

Le prix de l'eau varie de 1 à 3 selon les communes. C'est le résultat d'une grande enquête de l'association 60 millions de consommateurs et de la Fondation France Libertés. Elle a été menée dans 130 grandes villes françaises. Entre 2011 et 2014, le tarif de l'eau a augmenté plus vite que l'inflation dans 85% des communes. Plus impressionnant : cette augmentation est très inégale, selon où vous habitez.

En moyenne, le mètre cube d'eau coûte 3,55 euros. La ville la moins chère, c'est Antibes où vous payez 1,50 euro. Elle est suivie de Gap, Avignon, Besançon, Aix-en-Provence, Limoges, Tours, Cannes ou Colmar, où vous payez entre 2 et 3 euros le mètre cube.
A l'inverse, la ville la plus chère est Évreux : 5,17 euros. Vous payez aussi plus de 5 euros à Saint-Quentin et à Laon. La facture d'eau peut atteindre  600 euros par an. Dans le palmarès des villes les plus chères encore, il y a Tulle, Privas, Aulnay-sous-Bois, Drancy, Colombe, Niort et Asnières-sur-Seine.

Rattrapage des prix

Comment expliquer ces écarts ? Si vous habitez à la montagne, l'eau coule naturellement à flot. Mais si vous habitez dans une plaine agricole qui utilise des pesticides, il faut aller chercher l'eau plus loin, ou il faut construire des usines de traitement.

Il faut bien l'admettre : la facture flambe aussi dans les villes qui, pendant des années, n'ont pas investi suffisamment. À Tulle, 38% de l'eau potable se perdait en chemin. La ville a donc refait ses canalisations. À Evreux, l'agglomération a dû financer, en peu de temps, une usine de traitement et une station d'épuration.

À lire aussi

Pour économiser, les municipalités cherchent à renégocier leurs contrats avec les distributeurs d'eau. Ainsi à Antibes, le prix de l'eau a baissé de 56% en trois ans parce que la municipalité a renégocié son contrat avec son même fournisseur. D'autres villes, comme Asnières-sur-Seine et Colombes, ont bien l'intention de s'en inspirer.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/