1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Nucléaire : Areva est confronté à une crise sans précédent
2 min de lecture

Nucléaire : Areva est confronté à une crise sans précédent

REPLAY / ÉDITO - Le géant français du nucléaire devrait vraisemblablement céder une partie de ses activités pour rester viable. Un partenariat avec Engie ou la Chine serait une des options.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
Nucléaire : Areva est confronté à une crise sans précédent
03:37
François Lenglet

D'habitude, quand on parle de démantèlement dans le nucléaire, c'est des centrales dont il s'agit. Cette fois-ci, il pourrait bien s'agir d'Areva. L'entreprise publique est exsangue. Elle est sur le flanc pour trois raisons.

D'abord une stratégie aventureuse. Anne Lauvergeon, l'ex-patronne, a voulu faire une sorte de supermarché du nucléaire, où l'on trouvait de tout, comme à la Samaritaine dans le temps : du combustible, des centrales et du retraitement des déchets. Ça n'a pas marché.

Ensuite, la catastrophe de Fukushima, au Japon, a donné un coup d'arrêt au marché mondial. Enfin, Areva a été victime du retard considérable de l'EPR, le super-réacteur français. Le seul chantier finlandais a occasionné près de 5 milliards d'euros de surcoûts. Et ce n'est pas fini.
On va donc très probablement sauver Areva en coupant l'entreprise en morceaux, parce qu'elle n'est plus viable ainsi.

Les Chinois encore dans les parages

Les mines d'uranium, acquises à prix d'or au Canada en 2007, vont être revendues à prix cassé. L'activité construction de centrales pourrait être reprise par EDF. GDF-Suez, qui s'appelle maintenant Engie, lorgne sur l'activité maintenance des centrales.

À lire aussi

Les industriels chinois du nucléaire sont aussi dans les parages. Dès qu'une grande entreprise française est mal en point - et ça arrive malheureusement souvent -, il y a un Chinois qui sonne à la porte. Les Chinois pourraient être associés à l'un ou l'autre des repreneurs, au capital, ou bien entrer au capital d'un Areva amaigri et reformé autour de l'activité construction de centrales.

L'avantage, c'est que la Chine est le plus grand marché du nucléaire au monde, et qu'un partenaire de ce pays devrait faciliter les ventes là-bas. En fait, l'État, actionnaire principal d'Areva, voudrait refaire le coup de Peugeot-Citroën, qui était en quasi-faillite, et qui s'est associé lui aussi à un Chinois pour prendre pied le plus grand marché du monde.
Depuis la création d'Areva, il y a une petite quinzaine d'années, la filière industrielle du nucléaire était dominée par la rivalité entre Areva et EDF. Compétition d'entreprises et rivalité humaine entre les deux patrons. Areva a voulu, par exemple, construire l'EPR de Finlande tout seul, avec les suites catastrophiques que cela a eu.

Difficultés momentanées

L'animosité entre les deux entreprises a eu des conséquences dramatiques à l'export, où l'équipe de France du nucléaire était incapable de se présenter unie. C'est alors que la filière française était vraiment affaiblie. L'État a attendu longtemps avant d'intervenir.
La restructuration d'Areva créera bien sûr des difficultés momentanées, avec le traumatisme que cela occasionne sur les équipes. Mais cela va clarifier la situation. Resteront bien sûr les problèmes de l'EPR, ce chantier interminable qui connaît des difficultés en Finlande et en France, à Flamanville.

Mais ses promoteurs veulent croire que la technologie reste prometteuse, et qu'une fois qu'on aura essuyé ces plâtres très coûteux cela ira mieux.

RTL vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/