1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Merci Maman, la start-up de bijoux qui fait craquer Kate Middleton

Merci Maman, la start-up de bijoux qui fait craquer Kate Middleton

INVITÉE - Béatrice de Montille raconte le lancement et l'explosion de son site Merci Maman, grâce notamment à la duchesse de Cambridge.

Capture d'écran du site Merci Maman
Capture d'écran du site Merci Maman
Crédit : Capture d'écran/Merci Maman
L'éco 2.0 du 08 décembre 2016
04:30
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
Animateur

La French Tech ne concerne pas que les objets connectés. Un autre secteur est également en pleine expansion : celui des start-up se lançant dans l'e-commerce. Le site Merci Maman en est un parfait exemple, sorte de plateforme qui permet d'offrir des bijoux personnalisés. À son origine, Béatrice de Montille, qui a monté cette entreprise il y a maintenant neuf ans. Et elle l'affirme, la personnalisation de bijoux et d'objets reste une très grande tendance. "À l'époque ce n'était pas aussi à la mode, mais aujourd'hui c'est quelque chose de très important", confie-t-elle au micro de RTL. 

Aujourd'hui, la start-up connaît un certain succès outre-Manche notamment. Et ce n'est pas sans l'aide de Kate Middleton. "Elle a porté un collier Merci Maman gravé au nom de son fils, George Alexander Louis", raconte Béatrice de Montille. Le bijou en question était un sautoir en plaqué or d'une valeur de 119 euros. "Cela a été l'explosion de Merci Maman, on a été connu aux États-Unis, au Canada, on a très bien marché en Allemagne, et aussi en France où l'on a décidé de s'implanter il y a maintenant six mois". Le collier acheté par la Duchesse de Cambridge reste encore l'un des produits emblématiques de la marque.

Et la famille s'agrandit.

Au départ, Merci Maman est l'aboutissement d'un projet personnel que Béatrice de Montille a lancé depuis chez elle, après la naissance de son deuxième enfant, alors qu'elle habitait à Londres. "J'ai acheté une machine à broder, une machine à graver, et zou Merci Maman était lancé !", explique-t-elle. Aujourd'hui, l'entreprise possède donc deux ateliers : un dans la capitale britannique et le second en plein cœur de Paris. L'entreprise compte un peu plus d'une vingtaine de salariés, 21 à Londres et trois à Paris. Un dernier chiffre que l'entrepreneuse espère doubler d'ici fin 2017.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/