1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. La bourse chinoise a perdu un tiers de sa valeur depuis un mois
3 min de lecture

La bourse chinoise a perdu un tiers de sa valeur depuis un mois

REPLAY / ÉDITO - La Bourse de Shanghai avait gonflé de 150% en douze mois, se déconnectant de l'économie réelle. Les experts s'attendaient donc à un retour de bâton.

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
La bourse chinoise a perdu un tiers de sa valeur depuis un mois
00:03:28
La bourse chinoise a perdu un tiers de sa valeur depuis un mois
00:03:40
François Lenglet

Malgré un rebond, la bourse a perdu un tiers de sa valeur depuis un mois. Que se passe-t-il là-bas ? C'est l'éclatement d'une bulle spéculative tout ce qu'il y a de plus classique. Voilà des semaines que les épargnants jetaient littéralement leur argent à la bourse, encouragés par le gouvernement et la presse, qui célébraient les vertus de l'enrichissement rapide et sans cause.

Il y a six mois, on ouvrait en Chine 100.000 comptes-titres par jour. Il y a deux mois, c'étaient 500.000 nouveaux comptes quotidiens. Le prix des actions étaient devenu délirant. Il le reste d'ailleurs encore aujourd'hui, par rapport à une économie chinoise qui ralentit et à des entreprises dont les comptes sont souvent complètement maquillés. La bourse chinoise, c'est une vaste arnaque.

Les spéculateurs dans le viseur

Le gouvernement chinois multiplie pourtant les initiatives pour soutenir le marché. Les dirigeants redoutent les conséquences politiques en quelque sorte du krach. L'impact de ce krach se fait pour l'essentiel sur les épargnants de la classe moyenne urbaine, qui détiennent 80% des valeurs, alors que dans le même temps le marché de l'immobilier est déjà en berne dans les grandes villes et que le marché de l'emploi se durcit.

Ce n'est donc pas bon pour le moral de la population. Du coup, les autorités envoient la police pour traquer les spéculateurs. Elles ont interrompu la cotation de la moitié des valeurs. On a aussi mobilisé des sociétés de bourses étatiques - il y en a en Chine -  pour acheter des actions quelle que soit la tendance, avec l'argent de la banque centrale, afin de tenter de regonfler les cours.

C'est typique de la politique chinoise : on est pour le marché quand ça monte, pour l'État quand ça baisse

À écouter aussi

Dernière mesure en date : tout actionnaires qui possède plus de 5% d'une entreprise a tout simplement interdiction de vendre, pour ne pas peser sur les cours.

Tout cela peut marcher à court terme. C'est probablement comme cela qu'il faut expliquer le rebond de ce jour. Mais à long terme, ces mesures ne vont faire qu'aggraver la méfiance et dissuader les investisseurs de revenir, par peur de se faire prendre. On les encourage à entrer sur le marché ; et aujourd'hui, on leur interdit de sortir. C'est typique de la politique chinoise : on est pour le marché quand ça monte, et pour l'État quand ça baisse. Ça ne marche pas.

La crise a déjà connu un krach en mars 2007 et en 2008. On avait connu des chutes encore plus fortes, de plus de 60%. Mais à l'époque, le gouvernement était plus calme.

L'économie chinoise est pourrie par la dette

En tant que telle, les conséquences sur l'économie réelle sont faibles, car la bourse n'est que peu connectée à l'économie réelle. Mais c'est un signe de plus de l'explosion de la bulle chinoise. L'économie du pays est en sur-régime depuis vingt-cinq ans. Elle s'est mondialisée, transformée et développée comme jamais aucun autre pays aussi vite.

La conséquence de cela, c'est aussi du surinvestissement, du gâchis, d'énormes prêts bancaires, en particulier dans l'immobilier, qu'il faudra corriger, au prix d'un ralentissement encore plus fort de la croissance. L'économie chinoise actuelle est littéralement pourrie par la dette. C'est une dette pour l'instant invisible, parce que personne ne tient ses comptes sérieusement dans ce pays.
Mais elle se révélera un jour ou l'autre, et le pays se trouvera dans une vraie crise financière, comme le Japon dans des circonstances tout à fait identiques à la fin des années 1980, ou les dragons asiatiques à la fin des années 1990.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/