1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. "L'économie c'est l'affaire des entreprises", affirme le directeur général de Total
1 min de lecture

"L'économie c'est l'affaire des entreprises", affirme le directeur général de Total

REPLAY / INVITÉ RTL - Interrogé sur le bras de fer qui oppose Carlos Ghosn, le PDG de Renault, et l'État, Patrick Pouyanné affirme que "l'intervention de l'État en tant qu'actionnaire mérite d'être repensée".

Patrick Pouyanné, invité de RTL, le 17 avril 2015
Patrick Pouyanné, invité de RTL, le 17 avril 2015
Crédit : Alice Beckel / RTL.fr
Patrick Pouyanné : "Total ne peut pas se permettre de licencier quand on gagne des milliards d'euros"
00:07:54
"Total ne peut pas se permettre de licencier quand on gagne des milliards d'euros", assure son directeur général
00:07:53
Marion Dubreuil
Marion Dubreuil

Interrogé sur l'affaire qui oppose Carlos Ghosn, le PDG de Renault et Bercy sur la participation de l'État dans le groupe automobile, Patrick Pouyanné directeur général de Total a affirmé, ce vendredi 17 avril, que "l'intervention de l'État en tant qu'actionnaire mérite d'être repensée."

"L'économie c'est l'affaire des entreprises, l'État est là pour poser des cadres". Le numéro 1 de Total réagissait à la volonté de l'État d'augmenter sa participation dans le capital de Renault à 20%, une décision qui aurait mis Carlos Ghosn, le PDG du constructeur automobile, hors de lui. "Je comprends Carlos Ghosn, a affirmé Patrick Pouyanné. Il doit veiller aussi à son alliance avec les Japonais, qui est à la base du renouveau de Renault."

L'intervention de l'État en tant qu'actionnaire mérite d'être repensée

Patrick Pouyanné, DG de Total

"Il y a une différence entre avoir des actions depuis longtemps - ce qui récompense la fidélité des actionnaires - là en l'occurrence l'État a décidé d'imposer le vote double (dispositif de la loi Florange qui permet aux actionnaires qui conservent leurs titres pendant deux ans d'obtenir deux voix par action, NDLR) - ce qui pose question à un certains nombre d'actionnaires qui préfèrent qu'une action soit égale à une voix."  

"Si, la transition avec Christophe de Margerie s'est aussi bien passée, poursuit Patrick Pouyanné, dans des situations dramatiques c'est parce que le conseil d'administration de Total a pu prendre des décisions rapides et sans doute parce que l'État n'est pas intervenu. L'économie c'est l'affaire des entreprises, l'État est là pour poser des cadres".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire