2 min de lecture Ligue 1 Uber Eats

L'AS Monaco juge "irrévocable" son accord financier passé avec la LFP

RÉACTION - Le vice-président de l'AS Monaco affirme que son accord financier avec la LFP est "irrévocable" et affirme mener une "politique citoyenne" pour le football français.

Vadim Vasilyev, vice-président de l'AS Monaco, le 30 novembre 2013 au stade Louis-II.
Vadim Vasilyev, vice-président de l'AS Monaco, le 30 novembre 2013 au stade Louis-II. Crédit : AFP / Valéry Hache
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Rififi en Ligue 1. Vadim Vasilyev, le vice-président de l'AS Monaco, s'est ému de la contestation de l'accord financier passé avec la Ligue de football professionnel (LFP) par plusieurs clubs de Ligue 1, dans un entretien publié mercredi 5 mars dans Le Figaro.

"Je suis très étonné que ce dossier conclu avec un président démocratiquement élu et qui a été validé par une large majorité du conseil d’administration de la Ligue, soit encore contesté. Le débat est clos. Cet accord est irrévocable. Qui va vouloir investir dans le football français si l'on conteste chaque décision ?", a taclé le dirigeant monégasque.

Le 23 janvier dernier, le club de la Principauté s'est engagé à verser 50 millions d'euros en deux ans à la LFP, afin de garder son siège social sur le Rocher. Cela lui permet ainsi de conserver ses avantages fiscaux par rapport aux autres équipes basées sur le territoire français.

Nous suivons une politique que je qualifie de citoyenne

Vadim Vasilyev, vice-président de l'AS Monaco
Partager la citation

Mais cet accord a rapidement été contesté par le PSG, Marseille, Lille, Montpellier, Lorient, Bordeaux et Caen. Ces dirigeants ont fait savoir à la LFP leur intention de demander l'annulation de l'arrangement devant le Conseil d’État. Ils estiment que la somme à verser est dérisoire par rapport à l'avantage fiscal dont bénéficie Monaco.

À lire aussi
Bruno Le Maire
Canal+, Ligue 1 et TVA : "Personne ne me fait chanter", assure Bruno Le Maire

Vadim Vasilyev y voit de la jalousie : "Il y a une vision à court terme de la part de certains. Je ne pense pas que ces clubs auraient contesté l’accord si on était relégués aujourd’hui à quinze points de la Ligue des champions". Il affirme également que le richissime propriétaire russe du club, Dmitri Rybolovlev, "n'aurait pas continué" sans cet accord.

Après s'être prononcé en faveur d'un "salary cap" dans le football, l'ancien directeur sportif de l'ASM a conclu en adoptant une posture de chevalier blanc vis-à-vis du football français : "Nous suivons une politique que je qualifie de citoyenneavec des stars mais aussi des joueurs français, des internationaux français qui sont revenus et des jeunes issus du centre de formation. Et nous allons continuer dans ce sens".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ligue 1 Uber Eats Football AS Monaco
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants