2 min de lecture Consommation

Comment Danone a profité de la chute du mur de Berlin

1989, le mur tombe et avec lui l'économie se libère. Danone saura en profiter au maximum en faisant déferler ses yaourts à l'est, jusqu'à Moscou.

Micro générique Switch 245x300 Il était une marque Anaïs Bouissou
>
Comment Danone a profité de la chute du mur de Berlin Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP | Crédit Média : Anais Bouissou | Durée : | Date : La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou Journaliste RTL

9 novembre 1989 : des milliers de Berlinois attaquent à coup de pioche ce qui est devenu depuis 28 ans, le mur de la honte. L’Ouest et l’Est de l’Europe sont à nouveau réunis. Une marque voit immédiatement l’enjeu économique, un immense marché qui s’ouvre pour ses produits laitiers. La chute du mur ce soir de novembre, personne ne s’y attendait. À l’Est, le porte-parole de la RDA tient une conférence de presse. Günter Schabowski, d’un air détaché, autorise les voyages vers l’Allemagne de l’Ouest. Pour les berlinois, c’est un coup de tonnerre. Une foule se masse aux postes frontières, les barrières sont levées, les premiers coups de pioches raisonnent sur un mur qui s’effondre en quelques heures. Parmi les spectateurs du monde entier, deux amis.

Le patron de Danone, Antoine Riboud et le célèbre violoncelliste russe Mstislav Rostropovitch. "Rostropovitch il dit à Antoine, je veux absolument aller à Berlin. Antoine lui dit, bon, on part demain matin avec l’avion de Danone. À 11h du matin ils se retrouvent au bas du mur. Rostropovitch sort son violoncelle et devant les caméras du monde entier, se met à jouer une sonate de Bach. Pour Antoine Riboud ça a été un moment de très très grande émotion dans sa vie", raconte Jérôme Tubiana, historien du groupe Danone. 

Introduire le concept de marque et multiplier les saveurs

Le chef d’entreprise voit aussi immédiatement l’enjeu économique. "À l’époque, Danone n’existe qu’en Europe de l’Ouest. Le dénouement politique a aussi des bienfaits économique. Ça a commencé tout de suite. Il fallait en un claquement de doigt monter des équipes. Danone s’est associé avec la banque d’Europe de l’Est et à tout de suite pris des positions dans la plupart des pays", explique Jérôme Tubiana. Des laiteries sont achetées, tout un réseau de transport de marchandises se met en place. Et en quelques mois, les yaourts Danone déferlent à l’Est.

À l’époque Günter Mauerhaufer est chargé du développement. "C’était un grand marché de 450 millions d’habitants. Jusqu’aux pays de la Yougoslavie, toute cette couronne autour de l’URSS", rappelle-t-il. Et pour faire connaitre ses yaourts, Danone doit innover. "Dans l’économie communiste, il n’existait pas la notion de marque. Nous avons dû nous adapter avec la publicité qui est aussi un contexte novateur. Par exemple en Pologne nous avons créé le premier tram logoté, peint en bleu avec le logo de Danone", confie Günter Mauerhaufer. Les yaourts Danone ont beaucoup de succès, des nouveaux goûts sont proposés. Yaourts aux fruits, aromatisés, petits Gervais pour les enfants. Fromages frais, yaourts nature. Dans le même temps, le contexte diplomatique continue de se détendre.
Comment une marque connue de tous a réussi à s'imposer en profitant d'un événement, d'une actualité. Fleury Michon et le congé parental, Danone et la chute du Mur de Berlin... Anaïs Bouissou décrypte les “success stories” !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants