1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. HLM en Île-de-France : le rapport de la Cour des comptes fortement critiqué
2 min de lecture

HLM en Île-de-France : le rapport de la Cour des comptes fortement critiqué

La proposition de la Cour des comptes de remettre en cause "le droit au maintien" dans les HLM d'Île-de-France inquiète la Confédération syndicale des Familles qui dénonce une "mesure simpliste".

Des logements sociaux (illustration)
Des logements sociaux (illustration)
Crédit : AFP / Archives
Marion Dubreuil & AFP

La Cour des comptes qui s'inquiète de l'incohérence dans l'attribution des logements sociaux en Île-de-France, propose un réexamen du "droit du maintien" dans les HLM. Résultat : la Confédération syndicale des Familles (CSF) dénonce des "mesures simplistes" pour libérer des logements sociaux et juge que la Cour des comptes aurait mieux fait de "calculer le coût engendré par l'absence d'encadrement des loyers sur le pouvoir d'achat des ménages.

La Confédération défend le "droit au maintien" des familles

Dans un rapport intitulé "Le logement en Île-de-France : donner de la cohérence à l'action publique", la Cour des comptes formule 14 propositions. Afin de libérer des logements sociaux, elle préconise ainsi de "remettre en cause le droit au maintien dans les lieux des locataires" et "d'augmenter les loyers et les surloyers (exigibles aux locataires dont les revenus excèdent les plafonds de ressources) des logements les plus attractifs", souligne la CSF. 

Au mieux, une telle proposition aurait pour effet d'appauvrir un nombre considérable de familles.

Confédération syndicale des Familles

La Confédération stigmatise des "mesures simplistes" alors que, juge-t-elle, en grande majorité, les familles concernées "sont dans l'impossibilité réelle de se loger correctement dans le secteur privé". "Au mieux, une telle proposition aurait pour effet d'appauvrir un nombre considérable de familles", estime la CSF. 

Car "le haut niveau d'exigence des bailleurs privés en termes de garanties locatives (CDI, caution...) rend illusoire le départ de ces locataires", note-t-elle. En outre, "la pénurie de logements disponibles et la spéculation permettent aux loyers du secteur privé de se maintenir à un niveau difficilement supportable pour les Franciliens". 

La Confédération rappelle les engagements de l'État

À lire aussi

La confédération syndicale, rappelant à l'État ses "objectifs de mixité sociale", réclame "un budget à la hauteur des besoins, permettant de produire suffisamment de logements". Elle "regrette que la Cour des comptes n'ait pas jugé plus utile de calculer le coût engendré par l'absence d'encadrement des loyers sur le pouvoir d'achat des ménages". 

Avec 50.000 adhérents revendiqués,la CSF-logement social regroupe 500 associations locales situées principalement en habitat social et compte 170 élus au sein des conseils d'administration des bailleurs sociaux. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/