1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Emploi : le ministre du Travail reste optimiste pour 2015
2 min de lecture

Emploi : le ministre du Travail reste optimiste pour 2015

ÉDITO - Le ministre du Travail, François Rebsamen, regagne en optimisme vis-à-vis du secteur de l'emploi pour 2015. Un plan de lutte contre le chômage de longue durée est effectivement prévu cette année.

Emploi : le ministre du Travail reste optimiste pour 2015
03:21

Mardi 27 janvier, on va découvrir que la barre très symbolique des 3,5 millions de sans-emploi aura été franchie l'an dernier en métropole. Ce chiffre, assez terrifiant, inquiète surtout parce qu'il repose sur deux tendances qui semblent s'incruster dans notre paysage.

La première, c'est la très grande difficulté que rencontrent jeunes pour trouver leur place sur le marché du travail. Il y a eu des vagues de départs en retraite. Elles étaient prévues par les statisticiens, mais elles n'ont eu aucun effet. il n'y a pas eu d'appel d'air pour la nouvelle génération. Nos entreprises leur restent cadenassées.

La seconde tendance, c'est l'exclusion des plus de 50 ans. Le chômage de cette catégorie a fait un bond de 11%. Aujourd'hui, 43% d'entre eux sont sur la touche depuis plus d'un an.

65.000 entreprises toujours sur le fil du rasoir

Comment expliquer le regain d'optimisme de François Rebsamen ? Comme beaucoup de responsables, il se raccroche à un alignement favorable de plusieurs composants de la conjoncture. Il y a bien sûr la baisse de l'euro et celle du pétrole.

À écouter aussi

Il y a aussi les 315 milliards d'investissements prévus pour l'ensemble de l'Europe par le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Il y a maintenant les 1140 milliards qui vont être injectés dans le système financier et économique de la zone euro. Tout cela devrait booster les économies.
Il y a une seconde carte : le plan de lutte contre le chômage longue durée, qui est franco-français. Il sera révélé le 9 février et devrait concerner 80.000 chômeurs qui bénéficieront d'un accompagnement renforcé via des contrats aidés du secteur privé.
Cette option, généralement très bureaucratique, gagne quand même un peu de crédit depuis la publication du recul du nombre de faillites dans les grosses PME. Mais cette évolution doit quand même être relativisée. Il reste près de 65.000 entreprises qui sont sur le fil du rasoir.

Loin du retournement de la courbe

Il est encore trop tôt pour lever toutes les craintes. Les bonnes fées de la conjoncture sont toujours bienvenues, mais elles sont aussi très volatiles.

Par ailleurs, l'horizon s'éclaircit pour l'ensemble des économies. Comme tous les pays de la zone euro vont bénéficier d'un euro et d'un pétrole plus favorables, la différence va se faire sur la compétitivité et la gamme des productions. Sur ces deux points, l'économie française est très en retard.
Cela n'a pas échappé à l'Unedic, qui gère l'assurance-chômage et qui est au plus près du terrain. Elle attend encore 104.000 chômeurs supplémentaires cette année. Même sil un léger mieux se profile, on sera encore loin du retournement de la courbe.

Les repères du jour

Première conséquence du scrutin grec : l'euro a atteint son plus bas niveau depuis onze ans.

La note du jour

13/20 à un projet de loi qui va permettre aux employeurs d'octroyer une indemnité kilométrique aux salariés qui vont au travail en vélo. Le texte sera devant le Sénat le 10 février.

RTL vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/