1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Décès de Marcel Frydman, fondateur des parfumeries Marionnaud
3 min de lecture

Décès de Marcel Frydman, fondateur des parfumeries Marionnaud

L'homme d'affaires avait acheté sa première boutique pour faire plaisir à sa femme. Il avait 83 ans.

000_Par1070624
000_Par1070624
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le fondateur des parfumeries Marionnaud Marcel Frydman est récemment décédé à l'âge de 83 ans. "Ses obsèques ont été célébrées vendredi dernier", a indiqué la chargée de communication du groupe Marie-Céline Terré, ce jeudi 23 avril à l'AFP

Retour sur le parcours d'un homme d'affaires atypique. 

Descente aux enfers

Dans les années 80, pour tromper l'ennui de son épouse, Marcel Frydman lui offrait une parfumerie. Vingt ans plus tard, condamné à plusieurs reprises et rattrapé par des difficultés financières, il cédait Marionnaud à un milliardaire chinois.

La cession, en janvier 2005, de l'enseigne Marionnaud qu'il avait fondée et dirigée, forte à l'époque de 1.300 boutiques, avait suivi l'annonce d'une perte de 78 millions d'euros au premier semestre 2004.

À lire aussi

Le groupe de distribution était alors dans la tourmente depuis plusieurs années, victime de la gestion de Marcel Frydman. Fin 2004, des erreurs comptables avaient été découvertes, qui avaient fait plonger ses résultats dans le rouge.

Plusieurs fois condamné

L'ex-PDG avait été condamné à plusieurs reprises, notamment pour avoir truqué les comptes de l'entreprise en 2002 et 2003 et pour des délits d'initiés entre 2003 et 2004.

En juillet 2007, il avait ainsi écopé d'une amende de 1 million d'euros, et son fils de 500.000 euros, pour information "inexacte, imprécise et trompeuse", avant de se voir infliger en février 2009 une amende d'un montant particulièrement lourd, 5 millions d'euros, pour des délits d'initiés commis entre 2003 et 2004.

Fils d'immigrés juifs polonais

L'histoire de Marionnaud, société devenue en 20 ans un des champions de la distribution sélective de parfums et de cosmétiques, a commencé à Montreuil, une banlieue populaire de la région parisienne où la famille Frydman, des émigrés juifs polonais, s'est installée dans les années 30.

Le père Frydman ne reviendra pas du camp de la mort d'Auschwitz. Son fils Marcel, né en 1931, manifeste des affinités avec le Parti communiste. Il travaille dans la confection avant de devenir liquidateur de boutiques.

Success story

Apparemment, rien ne prédestinait donc Marcel Frydman à disputer à Sephora, un des fleurons de l'empire du luxe LVMH dirigé par Bernard Arnault, la première place dans le secteur de la parfumerie.

Si ce n'est que sa femme s'ennuie à la maison. En 1984, il lui offre une parfumerie aux comptes chancelants, qu'il redresse à une vitesse surprenante. Il présente un an plus tard un chiffre d'affaires multiplié par trois, grâce à une politique de prix cassés (rabais allant jusqu'à 20% et carte de fidélité).

En 1996, Marcel Frydman contrôle déjà 48 magasins dans la région parisienne quand il frappe un grand coup en rachetant Bernard Marionnaud, le numéro un du discount dans la parfumerie en France - deux fois plus gros que son groupe - mais largement déficitaire.

Introduction en Bourse

Un an plus tard, grâce à sa politique des prix, le jeune groupe dégage 10 millions de francs de profits et Marcel Frydman accroche au fronton de toutes ses parfumeries l'enseigne Marionnaud, peinte en lettres noires et rouges sur fond beige.

La progression de ses ventes est si rapide que Marcel Frydman, assisté de ses deux fils, décide en 1998 d'introduire la "success story" au second marché de la Bourse de Paris. L'augmentation se poursuit en 1999 (+56%) et en 2000 (+120%).

Ses employés l'appelaient "Papy"

Parallèlement, Marionnaud accélère le rythme de ses acquisitions, faisant tomber dans son escarcelle la quasi totalité des chaînes du secteur. En France mais aussi à l'étranger : Europe et Maghreb, sans compter les ambitions en Russie et jusqu'en Chine.

Marcel - "Papy" pour le personnel - calvitie avancée, physique bien enrobé et voix rauque, affirmait volontiers, sa cigarette serrée entre ses lèvres, "que l'argent ne l'intéresse pas". Amateur de chevaux de course, il était en revanche fier de sponsoriser le prix d'Amérique

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/