1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Vincent Lambert : son médecin démissionne
2 min de lecture

Vincent Lambert : son médecin démissionne

Le chef de l'unité de médecine palliative du CHU de Reims a annoncé qu'il quitterait son poste en septembre.

Le Dr Kariger à Paris, le 24 juin 2014.
Le Dr Kariger à Paris, le 24 juin 2014.
Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
micros
La rédaction numérique de RTL

La décision de la Cour européenne des Droits de l'homme (CEDH) est "le délai de trop" pour le médecin de Vincent Lambert. Le chef de l'unité de médecine palliative et de soins de support au CHU de Reims, le Dr Eric Kariger, a annoncé vendredi 4 juillet qu'il quittera son poste au 1er septembre 2014.

Si le cas de Vincent Lambert a joué, il a assuré qu'il ne s'agit que d'un élément pris en compte dans sa décision. "Mon départ s'inscrit dans un projet totalement personnel et bien sûr professionnel. Cela fait vingt-trois ans que je suis au CHU de Reims où j'ai gravi toutes les strates de la carrière médicale", a-t-il déclaré dans L'Union-L'Ardennais. 

Visé par des insultes et des menaces de mort

Le médecin de Vincent Lambert avait déjà annoncé ses doutes quand à sa volonté de rester à la tête du service dans lequel est soigné ce patient tétraplégique en état végétatif depuis six ans, dont le maintien en vie déchire sa famille, mais également le corps médical. Eric Kariger avait également fait part des menaces de mort et des insultes dont il était l'objet.

Éric Kariger va rejoindre le secteur privé, et doit prendre la direction d'une maison de retraite dans la région de Reims, selon L'Union-L'Ardennais. "Par essence, je suis un homme de projets. J’ai toujours besoin de me projeter, de construire, de créer. Bien sûr, on ne va pas le nier, l’affaire judiciaire que l’on a dû subir à travers la situation de notre patient Vincent Lambert est un élément qui a contribué à ma réflexion et à ma décision. Mais c’est un élément parmi d’autres", a-t-il déclaré au quotidien régional.

La continuité des soins va être assurée

Son départ ne va pas remettre en cause la continuité des soins dont bénéficie Vincent Lambert. 
"L’équipe soignante la plus proche du patient et les médecins qui ont la responsabilité au quotidien de Vincent Lambert connaissent son dossier et sa situation clinique au moins aussi bien que moi", a-t-il expliqué.

La CEDH avait décidé le 24 juin du maintien en vie de Vincent Lambert, après avoir été saisie par ses parents. Le Conseil d'État avait décidé, plus tôt ce jour-là, de l'arrêt des soins apportés à Vincent Lambert. La CEDH avait été saisie par la femme de Vincent de Lambert.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/