2 min de lecture Viol

Villefontaine : le directeur d'école soupçonné de pédophilie s'est suicidé dans sa cellule de prison

Après ce geste qui empêche tout procès, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Éducation nationale a évoqué "un nouveau traumatisme" pour les familles.

L'école de Villefontaine où l'ancien directeur a été mis en examen pour viols sur des élèves.
L'école de Villefontaine où l'ancien directeur a été mis en examen pour viols sur des élèves. Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Le suicide en prison de l'ex-instituteur d'une école de Villefontaine en Isère, mis en examen il y a un an pour des viols sur ses élèves, "est un nouveau traumatisme" pour les familles des petites victimes, a déclaré ce mardi 5 avril la ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem. C'est "un choc" et "un nouveau traumatisme" pour les familles des victimes, "qui attendaient un procès qu'elles n'auront pas", a réagi la ministre, en déplacement dans un établissement parisien. "Cette fin terrible leur interdit d'avoir des réponses". 

Romain Farina, 46 ans, a été retrouvé pendu dans sa cellule de la prison de Corbas, dans le Rhône. Mais "par leurs témoignages et leur dignité, (les familles) auront contribué à faire avancer la loi, afin qu'aucun Villefontaine ne puisse se reproduire", a ajouté Najat Vallaud-Belkacem. Avec cette nouvelle loi, sur le point d'être adoptée, "si d'aventure quelqu'un oubliait ses responsabilités, ils sera pénalisé". Par ailleurs, une "enquête a été immédiatement ouverte par le procureur pour établir les circonstances exactes" de son suicide en prison, dans la nuit de lundi à mardi, a annoncé de son côté mardi 5 avril le garde des Sceaux. 

Obligation pour le procureur d'informer l'administration des condamnations

À la suite de l'affaire de Villefontaine, qui avait éclaté il y a un an, les ministères de la Justice et de l'Éducation ont mis au point un nouveau texte, votée la semaine dernière à l'Assemblée nationale et qui passe en lecture définitive au Sénat ce mardi 5 avril. Ce texte donne obligation au procureur de la République d'informer l'administration des condamnations et de certaines mesures de contrôle judiciaire prononcées à l'encontre des personnes exerçant une activité en "contact habituel avec des mineurs", notamment pour des infractions sexuelles ou commises contre les mineurs. 

L'enseignant de Villefontaine, mis en examen au printemps 2015 pour viols et agressions sexuelles sur de très jeunes enfants, et incarcéré depuis, avait été condamné quelques années auparavant pour recel d'images pédopornographiques, sans que cette condamnation soit jamais transmise à l'Education nationale. Dans un article du 29 mars 2016, Le Parisien évoquait notamment la personnalité glaçante du directeur d'école. Ce dernier avait affirmé au cours de l'enquête savoir qu'il était "père de famille et pédophile" alors qu'il pensait "naïvement que cela n'aurait pas de conséquence". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Viol École Éducation nationale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants