3 min de lecture Virus

Sida : vers la guérison grâce à un vaccin à Marseille

REPLAY - Un vaccin thérapeutique contre le sida est testé dans le plus grand secret à l'hôpital de la Conception à Marseille depuis février 2013. Neufs patients l'ayant reçu seraient en voie de guérison.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
REVUE DE PRESSE 15/03/02016 Crédit Image : Romain Boé | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

La Une de La Provence ce mardi 15 mars provoque un frisson avec ce titre "Sida : formidable espoir à Marseille". Le journal révèle que depuis février 2013, un vaccin thérapeutique est testé dans le plus grand secret à l'hôpital de la Conception à Marseille. "Le biologiste et le médecin en charge de cet essai thérapeutique s'apprêtent à publier des résultats qui vont peut-être tout changer."

Neuf patients atteints du sida et qui testent ce vaccin auraient en effet, selon La Provence "atteint la première étape vers la voie de la guérison du sida". Le virus est devenu indétectable dans leur organisme. Et c'est une première. "En 30 ans, il y a eu environ 200 essais de vaccin contre le sida", rappelle La Provence. Les résultats obtenus à Marseille montrent que l'espoir d'un traitement curatif est possible. 

Ces conclusions seront publiées dans les prochains jours dans la très sérieuse revue scientifique Retrovirology. Les neuf patients restent sous surveillance. Pour trois d'entre eux, il est déjà établi que les cellules infectées restent indétectables deux ans après l'arrêt du traitement.

L'espoir d'une Syrie libre

À découvrir aussi ce matin dans la presse, un témoignage exceptionnel, "Pour que le monde sache, en espérant qu'un jour on sera libre". Deux Syriennes, dont les voix ont été modifiées, ont filmé au péril de leur vie leur quotidien à Raqqa, ville occupée depuis 2013 par Daesh. Leur vidéo, tournée en caméra cachée sous leur niqab, a été diffusée lundi soir par un média suédois Expressen TV. 
Elle est reprise ce mardi matin sur le site du Huffington Post notamment. Le tournage daterait de cet hiver. On y découvre une ville détruite où "tout le monde est parti", en raison des raids aériens. Elles filment aussi les quartiers riches de Raqqa où les résidents ont été chassés pour fournir les logements les plus confortables aux combattants étrangers, "notamment des Français", disent-elles.
Sur ces images, on voit aussi et surtout des femmes réduites à néant. Elles doivent être intégralement voilées, pas un centimètre de peau ne doit dépasser. Les visages féminins sont même cachés au feutre noir sur les boîtes de teinture pour cheveux. À la fin de la vidéo, l'une des jeunes femmes retire son voile pour dire son ras-le-bol total du noir dans lequel son peuple est plongé. "Rien n'est plus important que la liberté", dit-elle.
La guerre en Syrie entre ce mardi 15 mars dans sa 6e année. Il faut lire aussi le journal Le Monde qui a recueilli des documents exclusifs révélant que depuis 2013, des rebelles modérés syriens transmettent aux services secrets américains des renseignements sur l'État islamique. Une mine d'information inexploitée, au grand dépit de ces opposants qui se sentent lâchés et livrés aux djihadistes.

La presse commente les modifications de la loi Travail

À lire aussi
Sidaction
Sida : les dépistages ont chuté de "30 à 50%", s'alerte Olivier Bouchaud

"Marche arrière toute" en Une du Figaro, "Le grand bond en arrière" en Une de L'Opinion, "Les PME, victimes du recul de Hollande" pour Les Échos, "Arbitrages et rétropédalages" pour Ouest-France et "Manuel valls en mode moonwalk" dans Le Parisien-Aujourd'hui en France.
Il n'y a guère que Libération pour se féliciter de l'adoucissement du projet : "Manuel valls enfin flexible". Les journaux reviennent largement sur les modifications apportées au texte. Et puis sur le site Figarovox, il est aussi question d'un article qui n'a pas été changé et qui est passé relativement inaperçu. Il s'agit de l'article 6 de cette loi Travail, qui dit que "la liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par les nécessités du bon fonctionnement de l'entreprise".
L'auteur sur le site Figarovox commente : "Certains imaginaient que la vocation d'un salarié était de travailler. Ceux-là découvrent aujourd'hui que le contrat de travail ouvre la liberté de «manifester ses convictions, y compris religieuses» dans l'entreprise. Ce principe grotesque mériterait une bonne psychanalyse".

Lire la suite
Virus Marseille Découverte scientifique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants