3 min de lecture Électricité

Valéry Giscard d'Estaing est-il responsable de la pénurie d'énergie ?

Le 3e président de la Ve République avait activement soutenu le chauffage électrique lors de son septennat.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Valéry Giscard d'Estaing est-il responsable de la pénurie d'énergie ? Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

"Qu'un seul watt nous manque et tout va disjoncter", ironise Bruno Dive dans Sud Ouest. Et si, c'était la faute de Valery Giscard d'Estaing se demande ce matin Le Canard enchaîné. Un tiers des logements français sont chauffés à l'électricité, soit 4 fois plus qu'ailleurs en Europe. Et c'est une conséquence de la fièvre nucléaire des années 70. Le plan d'équipement en réacteurs de Valéry Giscard d'Estaing avait vu grand. Et même un peu trop explique un expert de la commission de régulation de l'énergie dans Le Canard : "on ne savait plus quoi faire à l'époque de toute cette électricité que l'on produisait. Du coup, EDF a lancé, avec le soutien de l'État, un vaste plan pour équiper les logements en radiateurs électriques.

Le lobby du BTP avait suivi, ravi de pouvoir installer des équipements 5 fois moins chers que les équipements au gaz ou au fioul. Mais désormais, le moindre coup de froid sollicite fortement le réseau électrique, alors que dans les autres pays ce sont simplement les cuves de fioul qui se vident plus vite. Contrairement au fioul ou au bois, le courant électrique lui ne se stocke pas. C'est à lire dans le Canard enchainé qui fait sa une sur la vague de froid et la primaire de la gauche " pour qui sonne le glagla".

La menace des "revenants"

"Terrorisme : ces revenants qui menacent la France", titre Le Figaro qui publie ce matin une longue interview de Loic Garnier, le patron de l'unité de coordination de la lutte antiterroriste. L'état des lieux qu'il dresse est vertigineux : plus de 700 ressortissants français sont partis combattre en Syrie et en Irak, beaucoup sont maintenant tenaillés par l'idée de fuir le chaos du Levant pour revenir en France. Loic Garnier rejette l'idée d'une vague de retour ; il est selon lui impossible, avec la géographie des lieux, de quitter Raqqa ou Mossoul. "C'est se retrouver dans le désert, repérable, dit-il, comme une mouche dans un bol de lait".

À lire aussi
Des éclairs bleus sont apparus dans le ciel de New York, jeudi 27 décembre au soir, à cause de l'explosion d'un transformateur électrique insolite
New York : d'étranges lumières bleues intriguent la population

D'autant qu'ils ne sont pas seuls : à ces combattants s'ajoutent quelque 290 femmes et 460 enfants, dont un tiers sont nés sur place. Des enfants dépourvus de tout discernement pour Loic Garnier : "les islamistes ont instillé dans leur esprit un tel degré d’ultraviolence que cela devient presque un handicap mental. Il faudra un suivi psychiatrique". "Mais, ajoute-t-il, j'aime bien cette expression de 'revenants', elle évoque ceux qui sortent de l'enfer pour revenir dans le monde des vivants." 

On s'interroge aussi sur le projet de Thérésa May

Après les revenants, les partants : Theresa May fait la une de quasiment toute la presse européenne ce matin. "L'acier de la nouvelle dame de fer", titre le Daily Mail, "Droite dans ses bottes" pour Le Point. The Economist avait fini par surnommer la Première ministre britannique Theresa Maybe, "Theresa peut-être". Hier, en une petite heure, elle s'est appliquée à faire mentir ce soupçon d'indécision pour montrer de quel bois elle se chauffait.
                    
"Il fallait s'y attendre", écrit Nicolas Beytout dans L'Opinion, "seul un peuple capable d'inventer les règles tordues du rugby devait pouvoir imaginer une façon totalement nouvelle de tenir sa place dans le grand jeu diplomatique et économique mondial. C'est ce qu'a fait la Première ministre britannique. Ce nouveau jeu s'appelle le 'hard Brexit'."

Du coup, Theresa May se retrouve aux côtés de Donald Trump en une de La Croix : "le monde chahuté". "C'est ce monde chancelant, où le sens du dialogue et du compromis s'étiole, qu'il va falloir consolide", prédit Guillaume Goubert.Peut-être en changeant tout à en croire l'enquête que publie Les Échos à 3 mois de la présidentielle. Cette enquête du Cevipof révèle le niveau de défiance des Français vis-à-vis de la politique. À la question  "les responsables politiques se préoreccupent-ils de ce que pensent les gens comme vous ?", ils répondent "non" à 89% !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Électricité Énergie Nucléaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786796177
Valéry Giscard d'Estaing est-il responsable de la pénurie d'énergie ?
Valéry Giscard d'Estaing est-il responsable de la pénurie d'énergie ?
Le 3e président de la Ve République avait activement soutenu le chauffage électrique lors de son septennat.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/valery-giscard-d-estaing-est-il-responsable-de-la-penurie-d-energie-7786796177
2017-01-18 10:02:00