1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. États-Unis : le premier "Viagra" féminin va faire son entrée sur le marché
3 min de lecture

États-Unis : le premier "Viagra" féminin va faire son entrée sur le marché

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Les idées fausses circulent en masse sur les réseaux sociaux
Les idées fausses circulent en masse sur les réseaux sociaux
Crédit : shironosov
LES AUDITEURS du 19/08/2015
00:46:55

USA: le premier "Viagra" féminin va faire son entrée sur le marché

Le premier "Viagra" féminin destiné aux patientes non ménopausées souffrant d'une libido défaillante, va faire son entrée sur le marché après le feu vert donné hier par l'Agence américaine des médicaments au comprimé Addyi de la firme Sprout pharmaceutical.

Cette autorisation "fournit aux femmes souffrant d'un faible désir sexuel une option de traitement", a déclaré dans un communiqué la Dr Janet Woodcock, directrice du centre d'évaluation et de recherche sur les médicaments de la FDA.

Selon plusieurs études médicales, au moins 40% des femmes non ménopausées présenteraient à différents degrés une hypoactivité sexuelle, ne résultant d'aucun problème biologique, psychologique ou d'une interaction de médicaments.


Le Flibanserin, commercialisé sous le nom Addyi, ne peut être obtenu que sur ordonnance médicale. La FDA l'a par ailleurs approuvé à condition que Sprout pharmaceutical indique clairement sur une étiquette tous les risques encourus.

Le médicament peut en effet provoquer une importante chute de la tension artérielle, de la somnolence et même des syncopes. Ces risques sont accrus et plus sévères quand les patients boivent de l'alcool ou prennent certains autres  médicaments, ajoute la Dr Woodcock. 
L'Addyi agit sur la sérotonine, une hormone jouant un rôle important dans plusieurs fonctions physiologiques comme le sommeil, l'agressivité, les comportements alimentaires et sexuels et la dépression.
  Invité de RTL MIDI : Sylvain Mimoun, gynécologue andrologue

La rédaction vous recommande

Projet d'ouvertures dominicales à Paris: protestation des syndicats du commerce

Les syndicats du commerce parisien (CGT, SUD, Unsa, CFDT) ont protesté lundi contre le projet de décret délimitant les futures zones touristiques internationales (ZTI) dans la capitale, dont ils disent avoir pris connaissance, y voyant la preuve que l'objectif de la loi Macron est la "généralisation du travail du dimanche".

Ces syndicats, rassemblés au sein du Clic-P, indiquent dans un communiqué qu'ils ont "pris connaissance des projets de décrets délimitant les futures ZTI  parisiennes et désignant les gares dans lesquelles les commerces seront autorisés à employer des salariés le dimanche".

Ces projets, qui comportent à Paris "12 zones et la quasi-totalité des gares", vont "bien au-delà des périmètres de fortes fréquentations touristiques internationales qui ont servi de prétexte à l'élaboration de la loi" Macron, souligne le Clic-P. Il relève que "l'ensemble des centres commerciaux parisiens  sont également inclus dans le périmètre des ZTI", comme les centres "Beaugrenelle, Bercy 2, Italie 2, qui ne sont pas précisément connus pour leur affluence touristique internationale".

Pour les syndicats du commerce parisiens, qui ont manifesté à plusieurs reprises contre le projet de loi Macron, cela montre que ce texte emblématique du gouvernement avait "pour objectif la généralisation du travail du dimanche dans le commerce, le tourisme international ne constituant qu'un artifice de communication".
  Seriez-vous prêt à travailler le soir et le dimanche dans les zones touristiques? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour 
 

Sondage
Seriez-vous prêt à travailler le soir et le dimanche dans les zones touristiques ?*
La rédaction vous recommande

Eté 2015: les prix des fruits ont augmenté, ceux des légumes ont baissé



Le prix moyen des fruits a augmenté de 4% cet été par rapport à il y a un an, en raison d'une flambée des tarifs sur certains fruits estivaux, tandis que celui des légumes a reculé de 2%, selon une étude Familles Rurales.

"Après une année 2014 marquée par une baisse des prix des fruits, l'année 2015 connaît une augmentation de leur prix, même s'il reste inférieur au niveau  des prix de 2013", année record en raison d'une météo exécrable, indique l'association dans son étude annuelle diffusée aujourd'hui par le journal La Croix.

Le prix moyen d'un kilo de fruits atteint ainsi 3,48 euros, contre 3,34 en 2014 et 3,78 en 2013.


A l'exception de la fraise (-11,02%), qui a atteint son niveau de prix le plus bas depuis 2011, et de la poire (-3,86%), la totalité des huit fruits étudiés par l'association connaissent une hausse, particulièrement importante pour les fruits de plein été, comme les cerises (+19,15%), à 6,16 euros le kilo, ou les abricots (+12,07%), à 3,62 euros le kilo.

Les légumes, dont le prix avait déjà reculé de 3% en 2014, continuent leur repli tarifaire cette année. Le prix moyen d'un kilo de légumes atteint cet été  2,1 euro, contre 2,15 l'an dernier et 2,21 il y a deux ans.
 
Invité de RTL MIDI : Dominique Marmier, président de Familles Rurales

La rédaction vous recommande

 

USA: le premier "Viagra" féminin va faire son entrée sur le marché. Nous attendons vos commentaires et vos avis.

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/