1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Comment vaincre sa timidité ?
4 min de lecture

Comment vaincre sa timidité ?

ANALYSE - Jade raconte à Girls comment sa timidité a eu une influence sur sa vie, et comment elle a réussi à en être moins dépendante. Une pédopsychiatre répond aussi à nos questions.

Il ne faut pas laisser la timidité nous empêcher de saisir des opportunités
Il ne faut pas laisser la timidité nous empêcher de saisir des opportunités
Crédit : iStock
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani

Ah, la timidité. Ce trait de caractère qui nous fige quand on se retrouve devant toute la classe, ou que notre crush daigne nous adresser la parole. Si la timidité n'est pas un défaut en soi, il faut bien reconnaître qu'elle peut nous empêcher d'avancer autant qu'on le souhaiterait. Jade a été très timide dans son enfance et adolescence mais a réussi à avoir plus d'audace au fur et à mesure du temps. Elle raconte son expérience à Girls.

"J'ai fait une crise d'appendicite en cours de biologie, raconte cette assistante administrative. J'avais peur de la prof car elle n'était pas très douce et je me suis évanouie de douleur à la sonnerie." Résultat : un petit séjour à l'hôpital. Jade n'a pas dit à ses parents qu'elle n'avait pas osé prévenir sa prof. "Je ne voulais pas créer de problèmes", justifie-t-elle.  

La peur du ridicule

Comment expliquer que la timidité puisse pousser à ce genre de situation extrême ? Pour Marie-France Le Heuzey, pédopsychiatre à l'hôpital Robert Debré à Paris, la timidité s'apparente à une forme d'anxiété sociale plus ou moins importante : "Quand les timides sont en contact avec un groupe (à l'école, en sport, à la plage...), ils ont peur d’être ridicules, qu’on se moque d’eux, de ne pas bien se comporter, résume-t-elle. Ils ne sont pas à l’aise en société."

L'exemple de Jade ne l'étonne presque pas : "La timidité peut être très invalidante au niveau social. On n’ose pas prendre la parole, faire un exposé mais cela peut aussi poser problème dans les intercours, où on a du mal à se faire des amis, parce qu’on n’ose pas parler aux autres." C'était le cas de Jade, qui "n'osait pas parler en public de la 6ème à la 4ème" : "C'était infernal de lever le doigt, la peur d'avoir une mauvaise réponse, ou de poser une question idiote, se souvient la jeune femme de 30 ans. Je n'ai jamais pu parler en public devant plus de 4 personnes.

Les facteurs de la timidité

À lire aussi

En général, la timidité n'apparaît pas par magie. Marie-France Le Heuzey détecte plusieurs facteurs pouvant expliquer la timidité : "Ça va souvent de pair avec un manque d’estime de soi, c'est-à-dire que cela concerne des jeunes qui se disent 'Je suis trop jeune pour qu’on s’intéresse à moi', 'Je suis pas assez musclé', ou 'Je ne suis pas habillé à la mode', par exemple." 

La timidité va souvent de pair avec un manque d'estime de soi

Marie-France Le Heuzey

Selon Marie-France Le Heuzey, la timidité n'est pas qu'une question de tempérament, il faut aussi prendre en compte l'éducation reçue par nos parents : "Si à la maison, on vous valorise avec des remarques comme 'Tu es intelligente', ça donne de l’affirmation à l’extérieur, mais si, au contraire, les remarques sont négatives, du type 'Tu es maladroite', on peut avoir une mauvaise estime de soi."

Dur d'être timide

Selon Marie-France Le Heuzey, les timides ne peuvent que difficilement trouver leur place : "Nous vivons dans une société d’exhibitionnistes avec les réseaux sociaux - sans parler des émissions de télé-réalité - une société du paraître, du visuel. Une société de l’image, qui demande à se mettre en avant. Si on est timide aujourd'hui, c’est pire qu’il y a 50 ans."

La timidité ne colle pas du tout avec la société actuelle

Marie-France Le Heuzey

"La timidité ne colle pas du tout avec la société actuelle, estime la pédopsychiatre. Autrefois, il y avait une culture de la timidité, notamment chez les filles, rappelle-t-elle, mais sans dire pour autant que c'était mieux avant. Une jeune fille bien élevée devait être timide, avoir les yeux baissés." 

Jade fait en sorte que sa timidité ne se remarque pas : "Mes proches ne me voient pas vraiment comme timide. Je cache plutôt bien mon jeu en faisant le clown, ça aide", révèle-t-elle. Et au travail ? "J'ai encore des restes de timidité aujourd'hui, à 30 ans, mais c'est moins problématique et ça se cache plus facilement par de la politesse exacerbée." 

Sortir de sa zone de confort

Compenser sa timidité en faisant le pitre, par exemple, n'est pas la seule solution. Marie-France Le Heuzey conseille de "se poser des petits défis", comme "s’inscrire à des activités agréables où l'on est confronté à d’autres personnes", et "soigner son apparence" (sans pour autant être une gravure de mode). "Je vois des ados qui s’habillent avec des couleurs tristes, qui ont les épaules voûtées et les cheveux dans la figure. Ça leur fait manquer des occasions de se faire des amis, ça ne les met pas en valeur et elles ne se valorisent pas", regrette-t-elle. 

"Il faut dépasser sa timidité, insiste Marie-France Le Heuzey. Si on reste trop dans son coin, on peut laisser passer des opportunités". De son côté, c'est un déménagement qui a aidé Jade à travailler sur sa timidité. Elle cite des élèves et professeurs "un peu moins sauvages", qui la "rassuraient sur le fait que ses questions n'étaient jamais stupides". Jade a même rejoint la chorale de l'établissement : "Chanter en public ça aide et on a eu un gros concert à la fin de l'année où j'ai chanté au premier rang."

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/