1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Salon de l'Agriculture : "La ferme des 1.000 vaches est la dérive de l'agriculture", dit le président de la Confédération paysanne
1 min de lecture

Salon de l'Agriculture : "La ferme des 1.000 vaches est la dérive de l'agriculture", dit le président de la Confédération paysanne

INVITÉ RTL - À l'occasion du Salon de l'Agriculture, Laurent Pinatel revient sur la ferme-usine des 1.000 vaches qui, selon lui, représente un risque pour sa profession.

La ferme des 1.000 vaches fait l'objet de nombreuses critiques de la part des agriculteurs
La ferme des 1.000 vaches fait l'objet de nombreuses critiques de la part des agriculteurs
Crédit : PHILILPPE HUGUEN / AFP
"La ferme des 1.000 vaches est la dérive de l'agriculture", dit le président de la Confédération paysanne
07:00
Marie-Pierre Haddad

À la veille du Salon de l'Agriculture, le gouvernement a fait un geste en direction des agriculteurs. En effet, Manuel Valls a reçu, en début de semaine, le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA). Mais pour Laurent Pinatel, président de la Confédération paysanne, cela ne suffit pas. "Tout au long de l'année, nous avons lutté contre la ferme des 1.000 vaches, qui est une ferme-usine. Ce projet représente la dérive de l'agriculture", explique-t-il.

Une standardisation du produit

Cette exploitation fait 230 mètres de long. "Ce type de ferme détruit l'emploi paysan. François Hollande ne cesse de rappeler qu'il faut inverser la courbe du chômage et aujourd'hui, on a des paysans qui disparaissent. Chaque fois que l'on ferme une usine, on détruit en premier lieu l'emploi paysan, on standardise le produit et on spécialise les productions. Il y a des gens qui font uniquement naître des porcelets par exemple. Et c'est justement cela qui est la négation du métier, dénonce-t-il.

L'excellence gastronomique de la France s'est faite sur la variété des produits. Avec les fermes-usines, on perd tout cela

Laurent Pinatel

Ainsi, Laurent Pinatel estime que la ferme des 1.000 vaches va engendrer la production de "produits normés et sans aucun goût. L'excellence gastronomique de la France s'est faite sur la variété des produits. Avec les fermes-usines, on perd tout cela".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/