3 min de lecture Attentats à Paris

Salah Abdeslam : à quoi ressemble son quotidien à la prison de Fleury-Mérogis ?

REPLAY - DOCUMENT RTL - Placé à l'isolement à la prison de Fleury-Mérogis depuis le 27 avril dernier, Salah Abdeslam attise la curiosité des autres détenus et demande une attention toute particulière au personnel pénitentiaire.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Salah Abdeslam : à quoi ressemble son quotidien à la prison de Fleury-Mérogis ? Crédit Image : ERIC FEFERBERG / AFP | Crédit Média : Cindy Hubert | Durée : | Date : La page de l'émission
Cindy Hubert Journaliste RTL

À quoi ressemble le quotidien du seul survivant des attentats de Paris ? Les interrogations sont nombreuses depuis que Salah Abdeslam est incarcéré dans la prison de Fleury-Mérogis, la grande prison d'Europe, dans l'Essonne. L'arrivée de ce détenu sous haute surveillance a été suivie en direct par les détenus de la prison, la plupart d'entre eux ont une télévision dans leur cellule. Et c'est toute la prison qui a tremblé. Les détenus collés aux barreaux de leurs fenêtres. Insultes, huées, crachats. Mais aussi des ovations en son honneur. "Il y a avait des applaudissements, maintenant, c'était très partagé. On ne l'a pas ressenti de manière majoritaire au niveau de la population pénitentiaire. Ce n'était pas caractéristique d'une glorification générale", précise Nadine Piquet, directrice de Fleury-Mérogis.

Il n'empêche, il ne se passe pas un jour sans qu'un détenu demande à parler à Salah Abdeslam, ou qu'un autre supplie qu'on lui présente son chef de détention. Sa présence déchaîne les coursives. En bas d'un bloc de détention, certains crient "Vive l'État islamique". Alors bien sûr, il y a de la provocation là-dedans, mais l'Administration pénitentiaire voudrait bien que le détenu Abdeslam se fasse oublier. Tout est fait pour que personne ne sache précisément où il se trouve. "C'est important que dans une cellule, à côté de la cellule d'Abdeslam, il y ait ce système de caméra qui permet sous des angles différents de voir tout ce qui se passe dans la cellule, et cela, de jour comme de nuit, avec un compte-rendu très précis", explique Guillaume Larrivé, député Les Républicains de l'Yonne, en visite informelle dans la prison.

Toutes les cellules autour de Salah Abdeslam ont été vidées

La cellule qui occupe toute l'attention mesure 9 m2. Des murs blancs. Un lit. Un bureau et une étagère. Tous les meubles sont scellés au sol. Salah Abdeslam peut regarder la télé, mais elle est incassable, sous plexiglas. Le terroriste présumé a ses propres vêtements, il dort dans des draps normaux. Il est filmé 24h sur 24 par plusieurs caméras. Les images sont visionnées en direct par un surveillant assis dans une salle - remplie d'écrans - un peu plus loin dans la coursive. Sur cet étage, il y a dix détenus, tous à l'isolement : des meurtriers au profil dangereux, ou des détenus médiatiques. Une partie de ce quartier est désormais sanctuarisée : toutes les cellules autour de Salah Abdeslam ont été vidées. Une sorte de "prison dans la prison"

Chaque jour, le terroriste a le droit de sortir deux fois, seul dans une minuscule cour grillagée. Il peut aussi emprunter des livres. Le Coran est déjà à côté de son lit. L'imam de la prison devrait bientôt passer dans sa cellule. Salah Abdeslam a également le droit de recevoir du courrier. Toutes les lettres sont ouvertes et contrôlées par le juge d'instruction. Mais pour le moment, personne ne lui a écrit. C'est "une personnalité difficile à cerner" disent ceux qui le côtoient. Pour le moment, il dort beaucoup. Jogging, rasé de près, il fait profil bas.

On parle de ce qu'on a vu à la télé, d'un match de foot, d'une actualité quelle qu'elle soit.

Marcel Duredon, du syndicat FO pénitentiaire
Partager la citation
À lire aussi
Rassemblement au Carillon le 15 novembre, l'un des lieux attaqués le 13 novembre commémoration
Les infos de 12h30 - 13 novembre : Paris en deuil, 4 ans après les attentats

L'objectif aujourd'hui, c'est d'éviter à tout prix que Salah Abdeslam ne se suicide. La pression est immense pour tous les surveillants du quartier d'isolement. Ils sont 32, dont huit appelés en renfort. Des hommes, aucune femme, choisis parmi les plus aguerris. Tant qu'il n'a pas le droit à des parloirs, ces surveillants seront les seuls à qui Salah Abdeslam va pouvoir parler. Avec le terroriste, les surveillants parlent : "De ce qu'on a vu à la télé, d'un match de foot, d'une actualité quelle qu'elle soit. Après, c'est vrai qu'on maintient toujours la distance parce qu'on n'est pas dupe, il peut y avoir de la manipulation mentale", détaille Marcel Duredon, du syndicat FO pénitentiaire. Il faut tout faire pour garder Salah Abdeslam vivant jusqu'au procès. "Nous le devons à la Nation" promet la directrice de la prison. "Nous n'avons pas le droit à l'erreur"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Salah Abdeslam Prisons
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants