1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Saint-Étienne : des micros dans les rues pour assurer la sécurité des habitants
1 min de lecture

Saint-Étienne : des micros dans les rues pour assurer la sécurité des habitants

Une cinquantaine de micros vont être installés par la ville dans un quartier difficile afin de lutter contre l'insécurité.

Des caméras de vidéosurveillance (photo d'illustration).
Des caméras de vidéosurveillance (photo d'illustration).
Crédit : AFP / VANDERLEI ALMEIDA
Saint-Étienne : des micros dans les rues pour assurer la sécurité des habitants
04:42
Saint-Étienne : des micros dans les rues pour assurer la sécurité des habitants
04:41
Amandine Bégot - édité par Salomé De Vera

C'est une première en France. La ville de Saint-Étienne va installer une cinquantaine de micros dans l'un de ses quartiers difficiles, Tarentaize-Beaubrun-Couriot, qui compte 7.000 habitants. L'objectif n'est pas de surveiller les citoyens mais de lutter contre l'insécurité, comme l'explique Le Parisien ce vendredi matin. 

Chacun de ces capteurs sera en effet capable d'alerter en temps réel la police municipale de tout bruit suspect : un accident, un cri, un bris de glace ou encore une agression. En revanche, le système ne sera pas capable d'enregistrer des conversations, ni même de les entendre, assure l'un de ceux qui pilote ce projet. Il captera uniquement les alertes et les bruits anormaux.

Malgré ces précisions, le procédé est  loin de faire l'unanimité. Par exemple, Bernard, retraité dans ce quartier de Saint-Étienne s'insurge. "C'est une aberration" dit il. "Je suis contre la surveillance, il y a déjà trop de caméra alors des micros vous imaginez... il faut surtout plus de policiers", poursuit il. C'est aussi l'avis d'Ahmad qui tient une sandwicherie : "ils disent qu'ils n’entendront pas les conversations mais je n'y crois pas".

Berkhame, le boulanger du quartier est lui beaucoup plus enthousiaste. "Quand on m'a brisé la vitrine du magasin je n'ai pas été prévenu", confie-t-il, "si ces micros permettent d’être plus tranquilles, alors c'est une bonne chose". "Et puis, pour ma part ils peuvent espionner ce qu'ils veulent je n'ai rien à cacher" ajoute-t-il. Dans un premier temps, la mesure va en tout cas faire l'objet d'un test. La municipalité se donne 6 mois pour voir si l’expérimentation est concluante.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/