1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Rythmes scolaires : "À chaque alternance politique, on défait et remet en cause"
1 min de lecture

Rythmes scolaires : "À chaque alternance politique, on défait et remet en cause"

INVITÉE RTL – Alors qu’Emmanuel Macron projette de revenir sur les rythmes scolaires par décret durant l’été, Liliana Moyano, présidente de la FCPE, évoque les inquiétudes des parents d’élèves au micro de RTL.

Une salle de classe (image d'illustration)
Une salle de classe (image d'illustration)
Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Rythmes scolaires : "À chaque alternance politique, on remet en cause"
03:26
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier

Parmi les premières mesures annoncées pour l'été par le nouveau président, Emmanuel Macron, celle des rythmes scolaires : un décret devrait permettre aux communes qui le souhaitent d'aménager ou de quitter la réforme de Vincent Peillon, mise en place en 2013. Objectif : laisser le choix aux communes de revenir à la semaine de quatre jours, instituée sous Nicolas Sarkozy, ou choisir de laisser la demi-journée supplémentaire, pour l'imposer soit le mercredi, soit le samedi matin.

Voilà qui inquiète la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), qui a prévu d’adresser une lettre ouverte au Président Macron dès lundi 15 mai. Liliana Moyano, présidente de la FCPE, fait part de son inquiétude au micro de RTL : "Il n’est pas possible de remettre en débat les cinq matinées d’enseignement par semaine qui répondent aux besoins d’apprentissage des élèves", estime-t-elle. Elle dénonce un "effet yo-yo en politique qui est ravageur" : "Cette réforme-là a été mise en place il y a très peu de temps (…) remettre cela en débat et au milieu de l’été, c’est un très mauvais signal."

Liliana Moyano dénonce par ailleurs une "approche financière" : "On parle aux élus. L’intérêt des enfants, la question des rythmes des enfants, des conditions d’apprentissage des enfants, elle passe à côté." C’est pourquoi la FCPE demande audience à la présidence : "Il faut sortir de cette dynamique mortifère qui est qu’à chaque changement de gouvernement, à chaque alternance politique, on défait et on remet en cause. Ce n’est pas possible."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/