2 min de lecture Société

Rennes : des capteurs dans des lits d'étudiants font polémique

Le Crous de Bretagne, à l'aide d'une PME, voulait équiper des lits pour prévenir d'éventuelles dégradations. Plusieurs étudiants concernés assurent ne pas avoir été prévenus.

Une étudiante faisant ses devoirs à Strasbourg
Une étudiante faisant ses devoirs à Strasbourg Crédit : DUART DANIEL/SIPA
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

Les intrusions dans la vie privée peuvent s'inviter jusque dans les chambres. Dans la résidence universitaire Maine 1 de Rennes, il était prévu d'installer aléatoirement des lits dotés de capteurs. Ceux-ci devaient transmettre des données en temps réel au Crous de Rennes-Bretagne. Le tollé suscité par cette information, révélée mercredi 6 septembre par Ouest-France, a conduit à l'annulation du projet.

Ces lits, dans lesquels les capteurs sont implémentés dans le cadre, étaient censés donner des informations pour prévenir d'éventuelles dégradations. "Lorsqu’un étudiant prend son lit pour une barre de tractions ou quand le matelas se transforme en canapé pour dix personnes, nous sommes au courant. (...) En cas d'urgence, un SMS est envoyé automatiquement à un agent technique qui peut intervenir dans la chambre", expliquait le directeur général d'Espace Loggia, dont la branche Artisans IoT est en charge de cette installation.

Cet équipement soulève cependant un problème de respect de la vie privée. Des étudiants, interrogés par le quotidien, s'interrogent sur un risque "d'espionnage" et assurent ne pas avoir été prévenus.

À lire aussi
Christophe Castaner dans les studios de RTL, le 19 février 2019 antisémitisme
Castaner à Mélenchon : "C'est la sécurité des Juifs en France qui me préoccupe"

"Incompréhension totale"

Face à ces critiques, la société Artisans IoT s'est ardemment défendue d'être "Big Brother" dans un communiqué. Faisant part de sa "consternation", elle évoque une "incompréhension totale du projet". Insistant sur le fait que ce "programme de maintenance" n'avait "pas encore débuté", l'entreprise vendéenne a précisé qu'il reposait sur la "base du volontariat" et qu'elle garantissait l'anonymat des données collectées : "En aucun cas elles ne donnent des informations privées sur la vie de l’étudiant dans sa chambre ou à proximité".

Artisans IoT martèle ainsi que ce programme devait simplement servir à "réduire les coûts et optimiser la gestion du mobilier de la résidence étudiante". Auprès de NextInpact, la PME précise que les capteurs mesurent l'usure des câbles, des fixations murales et la présence de parties déformées. "Par exemple, on ne peut pas savoir s’il y a dix étudiants dans cette chambre. On veut juste savoir si ces pièces sont bien serrées", souligne l'entreprise.

Le Crous, bien qu'il conteste les informations de Ouest-France, a toutefois choisi de rétro-pédaler : les capteurs seront retirés des lits, les étudiants pourront dormir en toute sérénité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Université Rennes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790000616
Rennes : des capteurs dans des lits d'étudiants font polémique
Rennes : des capteurs dans des lits d'étudiants font polémique
Le Crous de Bretagne, à l'aide d'une PME, voulait équiper des lits pour prévenir d'éventuelles dégradations. Plusieurs étudiants concernés assurent ne pas avoir été prévenus.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/rennes-des-capteurs-dans-des-lits-d-etudiants-font-polemique-7790000616
2017-09-07 15:27:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0qVUEbkK-eTDLOZJhuPQdg/330v220-2/online/image/2017/0907/7790001741_une-etudiante-faisant-ses-devoirs-a-strasbourg.jpg