4 min de lecture Football

Quand les péripatéticiennes d'Amsterdam ne faisaient pas payer Johan Cruyff

REPLAY - Johan Cruyff, surnommé le "Hollandais Volant" est décédé d'un cancer des poumons à l'âge de 68 ans, le 24 mars.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Quand les péripatéticiennes d'Amsterdam ne faisaient pas payer Johan Cruyff Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Qu’ils s’appellent Gourcuff, Cabaye ou Dupond, qu’ils soient internationaux ou simples amateurs du mercredi, tous les petits Johan de France et du monde, et ils sont très nombreux dans les familles du football, sont orphelins remarque le journal La Croix ce matin. Orphelins de celui à qui ils doivent leur prénom. Le plus célèbre Johan du foot. Johan Cruyff décédé hier fait la Une de la presse ce matin, de l'Équipe à l'Est Républicain en passant par Libération"Il ne jouait pas au foot, il était le jeu titre", titre l'Équipe qui lui consacre 17 pages. Un numéro collector pour  les fans, au premier rang desquels Vincent Duluc qui rend un long hommage au génie total "qui a révolutionné le foot comme aucun autre".

"Sa mort emporte un peu de nos jeunesses et de nos rêves", écrit Vincent Duluc qui se souvient aussi qu'au soir de la première victoire de l'Ajax en Coupe d'Europe en 1971, les péripatéticiennes d'Amsterdam n'avaient pas fait payer le joueur. Bel hommage à celui qui ne croyait pas au dribble mais à la passe. Quarante-cinq ans plus tard, elles ont l'âge d'aller glisser un cierge en souvenir du Hollandais Volant, en souvenir de "JC Superstar" comme le titre divinement le quotidien néerlandais NRC Next

Parce qu'il n'y a pas d’apôtre sans évangile, il reste ce matin de Johan Cruyff de magnifiques aphorismes, appelés les Cruyffismes, que liste le journal Le Monde. "Jouer au football est très simple, mais jouer un football simple est-ce qu'il y a de plus difficile". ll y a le fameux  "Chaque inconvénient à son avantage";  "Avant de faire une erreur, je ne la fais pas", ou encore "'Si tu ne peux pas gagner, fais en sorte de ne pas perdre". Et la formule la plus Vendredi saint : "Je ne suis pas croyant. En Espagne, les 22 joueurs font un signe de croix avant d’entrer sur le terrain. Si cela marchait, il y aurait toujours match nul".

Sauvé par un inconnu à Zaventerm

À lire aussi
Cristoiano Ronaldo avec le Portugal le 26 mars 2018 à Genève Cristiano Ronaldo
VIDÉO - Un fan mécontent de Cristiano Ronaldo vole jusqu'en Suède pour le confronter

Son prénom c'est Sébastien, Sébastien Belin, blessé dans les attentats a l'aéroport de Bruxelles, le Parisien /Aujourd'hui en France l'a rencontré dans sa chambre d’hôpital à Anderlecht en Belgique. "Heureux d'être en vie", dit-il au journaliste avant de raconter l’épreuve de sa vie. "Cette épreuve, c'est la meilleure performance de ma vie, j'ai gagné ma finale NBA". Mardi ce géant de 2m06, ex-pivot de l'équipe de Belgique a eu les jambes broyées par le souffle des explosions.

Il n'a eu la vie sauve que grâce à un homme dont il ne connait même pas le prénom. Ce passager inconnu lui a posé un double garrot avec une écharpe sur les jambes. Il est ensuite revenu avec un chariot à bagage sur lequel il a installé Sébastien pour le conduire à l'extérieur vers les pompiers qui arrivaient. "C'est à cela que l'on reconnaît  la grandeur d'une société, dit Sébastien, à la solidarité qui s'improvise en un geste, entre de parfaits inconnus dont on aimerait avoir les noms".

Ne pas nommer les terroristes

Point de vue très intéressant du philosophe Gaspard Keonig sur le blog Time to Philo. Il se prononce pour la déchéance d'identité des kamikazes. "À chaque attentat, nous sommes abreuvés des noms des terroristes. Certes, il y a ce besoin social de désigner l’ennemi. Mais en nommant ainsi les assassins, en en faisant des antihéros de télé-réalité, ne sommes-nous pas en train de leur offrir la postérité ? Cessons de glorifier nos ennemis. Appelons-les Terroriste 1, 2, 3, 10. Donnons-leur des surnoms ridicules. Ne leur faisons pas l'honneur de la postérité."

Dans Le Monde, il faut lire aussi la tribune étonnante de Tahar Ben Jelloun. "N'exonérons pas les parents des terroristes de leur responsabilité". L'écrivain part du constat que la plupart des terroristes sont des enfants d'immigrés et il accuse leurs pères et leurs mères de n'avoir pas su ou pu transmettre à leurs enfants les valeurs de leur double culture qui sont pourtant des barrages contre la barbarie.

Un homme est à la Une du magazine "Elle"

Voilà 13 ans qu'il n'y avait pas eu un homme seul en couverture du magazine Elle. Il est beau, il a l'air malicieux, une petite barbe de trois jours poivre et sel. Prénom : Jean, nom Dujardin. L'acteur qu'on aime, nous dit tout, promet le magazine. Il y parle notamment de la notoriété qui crée beaucoup de fantasmes, notamment sur le fait d'être inaccessible. De son Oscar, désormais planqué dans un meuble, il en parle comme d'un accident heureux dont il ne voulait pas. "Depuis, j'ai l'impression de hurler dans une pièce capitonnée. Certains ne m'envoient plus de scénario pensant que je vis à Los Angeles, que j'aurais pété les plombs". Est-ce le cas lui demande la journaliste. "Je ne sais pas, est-ce que quelqu'un qui a le melon sait qu'il a le melon ? Est-ce qu'un fou sait qu'il est fou ?", on dirait du Cruyff !

Le vol de prénom, le nouveau délit

C'est le site Slate qui nous raconte ce mélodrame très répandu aux États-Unis et de plus en plus chez nous. Des amis, des cousins, des sœurs qui se fâchent pour avoir donné à un bébé le prénom que l'autre envisageait de donner au sien. Ainsi, Megan, journaliste américaine s'est fâchée avec Jessica  après 30 ans d’amitié car Jessica a appelé sa fille Elsie, le prénom de l'une des filles de Megan. 

L'article est très drôle et nous parle en fait de ce besoin des parents d'affirmer leur individualité à travers le choix d'un prénom, surtout quand des études affirment que l'on réussira plus ou moins bien en fonction de son prénom. Voler un prénom ce serait voler un destin. C'est ce que veulent les parents, les enfants mènent leur vie ensuite. Et c'est ainsi que Gourcuff n'est pas devenu Cruyff même en s'appelant Yohan !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Football Décès Légendes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782538099
Quand les péripatéticiennes d'Amsterdam ne faisaient pas payer Johan Cruyff
Quand les péripatéticiennes d'Amsterdam ne faisaient pas payer Johan Cruyff
REPLAY - Johan Cruyff, surnommé le "Hollandais Volant" est décédé d'un cancer des poumons à l'âge de 68 ans, le 24 mars.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/quand-les-peripateticiennes-d-amsterdam-ne-faisaient-pas-payer-cruyff-7782538099
2016-03-25 09:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ma9FDCveZgul0Is-3ZhUtg/330v220-2/online/image/2015/0828/7779537316_adeline-francois.jpg