1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Paris : les conducteurs de cars protestent contre la politique antidiesel de la mairie
2 min de lecture

Paris : les conducteurs de cars protestent contre la politique antidiesel de la mairie

Plus de 300 cars défilent dans la capitale pour protester contre l’interdiction totale du diesel à Paris d’ici 2020.

Des autocars stationnés à Porte Maillot à Paris. (illustration)
Des autocars stationnés à Porte Maillot à Paris. (illustration)
Crédit : JACK GUEZ / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

Après les chauffeurs de VTC, ce sont désormais les chauffeurs d’autocars qui vont perturber la circulation dans l’agglomération parisienne ce mardi 20 décembre. Quatre fédérations d’autocaristes ont appelé à manifester dans la capitale pour protester contre les mesures antidiesel prises par Anne Hidalgo, la maire socialiste de Paris. Un cortège de 300 cars est attendu entre la place de la Nation et l’École militaire, en passant par le tronçon sud du périphérique parisien, ce qui devrait fortement perturber la circulation.

Pour lutter contre les épisodes de pollution, la ville de Paris a annoncé que la prochaine interdiction de circuler à Paris pour tous les véhicules diesel en 2020, ainsi qu’une hausse des tarifs de stationnement à partir du 1er janvier 2017. Cette hausse du stationnement sera de 60% pour la majorité des autocars, et de 350% dans certains cas. Début 2016, nous avons déjà connu un triplement de la redevance de stationnement, proteste Ingrid Mareschal, déléguée générale de la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV) interrogée par Le Monde, désormais, garer les autocars va représenter un quart de nos coûts fixes."

Le diesel est un luxe que l’on ne peut plus se permettre

Jean-François Martins, adjoint de la maire de Paris chargé du tourisme

Les autocaristes protestent également devant la rapidité de l’entrée en vigueur de l’interdiction des véhicules diesel, arguant qu’un autocar neuf, d’un coût situé entre 250 000 à 400 000 euros, est amorti en sept ou huit ans. "Les derniers modèles de cars, dont les moteurs répondent aux contraintes de l’homologation Euro 6, ont été classés par l’État lui-même comme véhicules à faible émission, s’indigne Ingrid Mareschal. Pourquoi les bannir eux aussi ?"

Du côté de la ville de Paris, on met en avant les récents pics de pollution qui ont frappé la capitale pour motiver l'urgence de ce changement. "Le diesel est un luxe que l’on ne peut plus se permettre, même avec des cars peu polluants, argumente Jean-François Martins, nous sommes en face d’un désastre sanitaire, adjoint de la maire de Paris chargé du tourisme, "les pics de pollution de ces derniers jours suffisent à s’en convaincre".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/