1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Mulhouse : l'enfant séquestré manifeste peu l'envie de revoir sa mère
1 min de lecture

Mulhouse : l'enfant séquestré manifeste peu l'envie de revoir sa mère

REPLAY - Le garçon de 8 ans, coupé du monde par son père depuis 3 ans, a été placé en famille d'accueil.

L'immeuble à Mulhouse dans lequel un enfant avait été séquestré par son père, le 10 octobre 2015
L'immeuble à Mulhouse dans lequel un enfant avait été séquestré par son père, le 10 octobre 2015
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Mulhouse : l'enfant séquestré manifeste peu l'envie de revoir sa mère
00:50
Nicolas Burnens & Julien Absalon

Le père qui a séquestré pendant trois ans son garçon de 8 ans a été écroué et placé en détention provisoire, samedi 10 octobre au lendemain de la révélation de l'affaire à Mulhouse. L'homme de 37 ans, un ressortissant tunisien, reconnaît avoir "fait n'importe quoi" et dit qu'il "ne s'est pas bien occupé de l'enfant", selon le procureur Dominique Alzeari. L'enfant, qui n'a pas subi de violence physique mais présente des "carences éducatives très graves", a été confié à une famille d'accueil.

La mère, qui avait la garde au moment de l'enlèvement en 2012, s'est rendue dans la ville alsacienne. Mais son fils a manifesté "peu de désir de la revoir", a expliqué le procureur. Un comportement tout à fait compréhensible en raison des trois années d'isolement. "C'est un enfant qui a vécu un lien totalitaire pendant trois années, celles durant lesquelles ont construit sa vie sociale, avec quelqu'un (le père, ndlr) qui était responsable de sa vie, de sa mort et qui était tout-puissant par rapport à lui", explique le psychiatre Serge Hefez, joint par RTL.

"Sortir de cela, c'est retisser d'autres liens plus normaux, de confiance, d'affection. Cet enfant va avoir un certain nombre d'intermédiaires avec qui il va pouvoir se relier différemment. Avec un processus de médiation, petit à petit, on va l'aider à renouer un lien avec sa mère si un lien de qualité peut se nouer avec elle, c'est-à-dire une affection et un amour de bon aloi", ajoute le professionnel de santé.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/