2 min de lecture Barrage de Sivens

Mort de Rémi Fraisse : le point sur l'affaire avant l'enquête judiciaire

Selon les résultats de l'enquête administrative, publiés mardi 2 décembre, aucune faute professionnelle n'a été commise par les gendarmes au barrage de Sivens.

Rassemblement en mémoire de Rémi Fraisse, jeune opposant au barrage de Sivens, le 2 novembre 2014 sur le site du projet de construction, dans le Tarn
Rassemblement en mémoire de Rémi Fraisse, jeune opposant au barrage de Sivens, le 2 novembre 2014 sur le site du projet de construction, dans le Tarn Crédit : AFP / KENZO TRIBOUILLARD
ClaireGaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Aucune faute professionnelle de la part des gendarmes. Voilà le résultat de l'enquête administrative confiée à l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) après la mort de Rémi Fraisse sur le site du barrage de Sivens. "En l'état des informations recueillies dans cette enquête et au plan strictement administratif, je ne dispose pas d'éléments permettant de caractériser une faute professionnelle", a déclaré le général Pierre Renault lors de son audition par la commission des Lois de l'Assemblée nationale.

La justice doit trancher

Le jeune militant écologiste de 21 ans est décédé après le lancer d'une grenade offensive sur le site de Sivens où se déroulait des manifestations. Si l'enquête administrative n'a conclu à "aucune faute professionnelle" de la part des gendarmes, le général Pierre Renault a annoncé qu'il "reviendra à l'enquête judiciaire de déterminer l'exacte responsabilité et le degré de responsabilité imputable au lancer".

Déterminer les conditions exactes

D'après différents témoignages, le fonctionnaire mis en cause est soupçonné d'avoir lancé la grenade en cloche, au lieu de la faire rouler au sol, comme cela est d'usage. Ce geste précis aurait pu être à l'origine de la mort de Rémi Fraisse. L'enquête judiciaire devrait apporter des éclaircissements sur ce fait.

À lire aussi
Des gendarmes déployés à Sivens, en octobre 2016 justice
Toulouse : un gendarme condamné pour le mauvais usage d'une grenade de désencerclement

Car selon le rapport de l'IGGN transmis à Bernard Cazeneuve, "la préparation de la manifestation du 25 octobre privilégie la concertation avec les organisateurs et le souci d'apaisement, jusque dans le dispositif opérationnel retenu par le commandant de groupement le 25 octobre en début d'après-midi, et ce malgré les affrontements violents de la nuit précédente (...) Face à des manifestants particulièrement violents, tirant avantage de la nuit et du terrain, l'emploi de la force puis l'usage des armes se sont imposés très rapidement au commandant de la force publique".

Les grenades offensives interdites

Cet accident a très clairement envenimé la situation à Sivens où le barrage est fermement contesté depuis plusieurs mois. Les manifestations ont entraîné la suspension du projet mais aussi la suspension puis l'interdiction des grenades offensives par les forces de l'ordre. Près de 300 grenades avaient été tirés dans la nuit du 25 au 26 octobre

Le gendarme convoqué

Le gendarme mis en cause à Sivens, défini comme "un homme responsable, un homme équilibré, un homme choquée" par le directeur général de la gendarmerie, est convoqué le 18 décembre prochain par le Bureau des enquêtes judiciaires
S'il est contraint à un devoir de réserve strict, le gendarme s'est déjà exprimé à travers la voix de son avocat. Ce dernier avait déclaré au Parisien que son client était "dans le même état d'esprit qu'un conducteur qui s'est parfaitement conformé au Code de la route, mais dont le véhicule a heurté mortellement un autre usager qui n'aurait pas respecté une interdiction"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Barrage de Sivens Bernard Cazeneuve
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7775717816
Mort de Rémi Fraisse : le point sur l'affaire avant l'enquête judiciaire
Mort de Rémi Fraisse : le point sur l'affaire avant l'enquête judiciaire
Selon les résultats de l'enquête administrative, publiés mardi 2 décembre, aucune faute professionnelle n'a été commise par les gendarmes au barrage de Sivens.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/mort-de-remi-fraisse-le-point-sur-l-affaire-avant-l-enquete-judiciaire-7775717816
2014-12-03 14:11:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/fvq84AIkPTApff_MC0WrXA/330v220-2/online/image/2014/1103/7775149312_rassemblement-en-memoire-de-remi-fraisse-jeune-opposant-au-barrage-de-sivens-le-2-novembre-2014-sur-le-site-du-projet-de-construction-dans-le-tarn.jpg