2 min de lecture Neige

Manque de neige dans les stations de ski : les saisonniers en difficulté

REPLAY - Le manque de neige dans les stations de sports d'hiver empêche un grand nombre de travailleurs saisonniers d'exercer leur activité.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Stations de ski : les saisonniers en difficulté Crédit Image : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP | Crédit Média : La rédaction de RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
La rédaction de RTL et Camille Kaelblen

Alors que les températures restent douces, les saisonniers ont triste mine. Ces travailleurs qui font parfois plusieurs centaines de kilomètres pour rejoindre les pistes et les remontées mécaniques se retrouvent en effet à attendre que la neige tombe, privés de travail. "Il y a une petite partie d'entre eux, entre 30 et 40 % qui sont aujourd'hui embauchés. Le reste n'est pas embauché et n'a donc pas de rémunération ni d'indemnisation. Or pour les deux tiers des saisonniers, ce sont des gens qui viennent d'ailleurs. Donc comme ils n'ont pas de rémunération, ils repartent chez eux", explique Antoine Fatiga, le secrétaire Général de la CGT remontées mécaniques au micro de RTL.

Selon lui, il existe pourtant des solutions pour ces saisonniers. "Le chômage partiel peut être mis en oeuvre par l'employeur, mais il faut que l'employeur le fasse". Comment font-ils en attendant ? "Parmi ceux que j'ai rencontrés, il y a les locaux qui ont pu rentrer dans leurs familles en attendant, et puis il y en a d'autres qui, attendant meilleure fortune, sont hébergés par des amis ou des copains".

Mise en place du travail partiel

La CGT a d'ores et déjà écrit au préfet pour demander la mise en place du travail partiel. "C'est l'État qui rembourse les heures non effectuées à raison de 7 euros, ce qui assure au salarié à la fin du mois l'équivalent d'un SMIC. Dans cette affaire-là, tout le monde s'y retrouve, et cela permet que les saisonniers soient là quand la neige tombera. 

Pourtant, les mairies des stations de ski ont pour obligation d'engager les saisonniers à une date butoir. "J'ai aussi écrit à la Direction du Travail pour que les employeurs respectent leurs obligations, parce que quand on voit tout l'argent qui se dégage des stations de sports d'hiver, on se dit que quelque part les saisonniers ne doivent pas être la variable d'ajustement des aléas climatiques. Il y a même des patrons qui en profitent : j'ai même découvert qu'on faisait des contrats indéterminés et qu'à la fin des vacances scolaires, on leur dit que la période d'essai n'a pas été concluante. Et comme on n'est pas obligé de donner une raison, on les vire comme des malpropres", s'indigne Antoine Fatiga. 

À lire aussi
Une femme marche dans la neige en Corse, en février 2018 (illustration) neige
Météo France place un département corse en alerte orange à la neige et au verglas

Car contrat saisonnier ne signifie pas contrat dépendant de la météo, selon le représentant de la CGT. "Les contrats saisonniers sont des contrats de saison, qui doivent durer le temps d'une saison normale. Il y a d'autres systèmes, dont l'activité partielle, qui permettent de faire face aux aléas climatiques du côté de l'employeur", explique-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Neige Alpes Sports d'hiver
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants