1 min de lecture Yvelines

Magnanville : Larossi Abballa connaissait-il ses victimes ?

Une phrase lâchée par le terroriste présumé, lors des négociations avec le Raid, laisse planer le doute concernant son possible passé commun avec couple de fonctionnaires de police qu'il a tués.

Larossi Abballa, sur le Facebook Live de revendication du double meurtre de Magnanville
Larossi Abballa, sur le Facebook Live de revendication du double meurtre de Magnanville Crédit : Capture d'écran
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans et Jessica Schneider, 36 ans, ont été assassinés par Larossi Abballa. Le terroriste présumé a revendiqué l'acte effroyable sur les réseaux sociaux et s'est réclamé de Daesh. Des cérémonies et des hommages se multiplient pour saluer ce couple de fonctionnaires de police. François Hollande présidera, vendredi 17 juin au matin, une cérémonie officielle d'hommage en présence des familles des victimes, de Manuel Valls et de Bernard Cazeneuve, à Versailles.

Selon les informations de Libération, confirmée par une source policière au Monde, "le tueur a laissé entendre au Raid qu'il connaissait le commandant Salvaing et son épouse". C'est une phrase précise prononcée par Larossi Abballa à la négociatrice qui a intrigué les enquêteurs : "Il était venu chez moi, maintenant c'est moi qui viens chez lui". Ainsi, le terroriste présumé aurait "consciencieusement choisi ses victimes en raison d'un contentieux personnel antérieur", explique le journal. Cependant, aucun élément ne permet encore de l'attester.

Jean-Baptiste Salvaing était en poste au commissariat de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines. Par la suite, il a été muté à la Brigade anticriminalité, "avant de devenir chef adjoint de la Sûreté urbaine des Mureaux. Il a donc tout à fait pu croiser la route d'Abballa ou d'un membre de sa famille". Adolescent, il s'était fait arrêter pour conduite sans permis. En 2009, le tueur avait été condamné pour vol par le tribunal correctionnel de Versailles. Il avait dérobé 157 euros dans la caisse d'un salon de coiffure.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Yvelines Daesh Attentats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants