1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Loi Travail : William Martinet regrette la "stratégie de maintien de l'ordre"
1 min de lecture

Loi Travail : William Martinet regrette la "stratégie de maintien de l'ordre"

REPLAY / INVITÉ RTL - Le président de l'Unef réagit après les violences qui ont émaillé les manifestations contre la loi Travail.

William Martinet, président de l'Unef, en mars 2016
William Martinet, président de l'Unef, en mars 2016
Crédit : Geoffroy Van der Hasselt / AFP
Loi Travail : William Martinet regrette la "stratégie de maintien de l'ordre"
00:08:12
Christophe Pacaud & Agnès Bonfillon & La rédaction numérique de RTL

124 interpellations, 24 policiers blessés dont 3 grièvement, plusieurs manifestants également touchés : la septième journée de mobilisation contre la loi Travail a été très mouvementée dans plusieurs villes de France, ce jeudi 28 avril. A Paris, un policier a été évacué en état d'urgence médicale absolue. Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a fermement condamné ces débordements et appelé les organisateurs à en faire de même.

William Martinet s'exprime à ce sujet au micro de RTL. Le président de l'Unef retient "deux difficultés" au coeur des manifestations. Il remarque la colère d'une partie des jeunes qui basculent dans l'action violente. "Je suis en profond désaccord", annonce le porte-parole de la lutte contre le projet de loi Travail. "L'Unef condamne ces actions violentes, parce que c'est évidemment contreproductif pour la mobilisation, et surtout parce qu'elles mettent en danger l'intégrité physique des manifestants et, on l'a vu aussi, celle d'un policier", ajoute-t-il.

La loi bientôt étudiée par les députés

William Martinet regrette aussi la "stratégie de maintien de l'ordre" établie par les forces de police à certains moments. Il la considère "parfois contreproductive" car elle conduit à "augmenter les tensions et le niveau de violence, alors que normalement, le principal objectif est de maintenir le calme et ce droit de manifester".

Le président de l'Unef "condamne fermement" les violences mais appelle à "réfléchir à cette stratégie de maintien de l'ordre". "Les jeunes de ce pays doivent pouvoir manifester sans prendre de risque", déclare-t-il, et les fauteurs de troubles "n'ont rien à voir avec l'écrasante majorité des manifestants". La semaine prochaine, l'Assemblée nationale débattra du projet de loi El Khomri. William Martinet espère que les revendications formulées seront entendues : "Ce n'est pas un modèle de société. Toujours plus de concurrence et de précarité, ce n'est pas ce que les jeunes veulent pour leur avenir".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
Flash Actu