1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Lille : Martine Aubry veut fermer les bars à 1h
2 min de lecture

Lille : Martine Aubry veut fermer les bars à 1h

Contre l'arrêté pris par Martine Aubry qui vise à avancer l'heure de fermeture des bars à Lille, deux organisations patronales menacent de déposer un recours.

À Lille, 90 bars bénéficiaient d'une dérogation leur permettant d'ouvrir jusqu'à 3h du matin (illustration).
À Lille, 90 bars bénéficiaient d'une dérogation leur permettant d'ouvrir jusqu'à 3h du matin (illustration).
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Deux organisations patronales menacent de déposer un recours contre un arrêté pris par la maire de Lille Martine Aubry pour restreindre les horaires de nuit des bars, ont fait savoir ces deux organismes ce vendredi 13 février.

La maire de Lille a pris le 31 décembre 2014 un arrêté faisant passer la fermeture des bars de 3h à 1h du matin du dimanche soir au mercredi soir, afin de répondre à ce qui est décrit par la ville comme une montée de la délinquance et des incivilités durant la nuit.

Certaines entreprises réalisent 30 à 50% de leur chiffre d'affaires sur cette tranche d'1h à 3h du matin

Thierry Grégoire

"Ça nous semble aberrant de croire un instant que (Martine Aubry) résoudra les problématiques d'ivresse publique, d'alcoolisation des jeunes, de nuisance sonore en fermant les bars plus tôt", s'insurge le président de l'Union des métiers et industries de l'hôtellerie du Nord-pas-de-Calais, Thierry Grégoire.

"Deux villes l'ont fait l'année dernière, Rennes et Nantes, et elles sont revenues en arrière trois mois après", rapporte-t-il, faisant état d'une "urgence sociale, 100 emplois étant menacés, et économique parce que certaines entreprises réalisent 30 à 50% de leur chiffre d'affaires sur cette tranche d'1h à 3h du matin".

En pénalisant tous les bars, les bons élèves vont aussi être pénalisés

Rémi Calmon, directeur du Syndicat national des entreprises gaies
À écouter aussi

La décision a d'autant plus surpris les professionnels que ceux-ci louaient jusque-là une charte particulièrement "participative et démocratique, mettant autour de la table la mairie, la police, les riverains, les exploitants et les syndicats", explique Rémi Calmon, directeur du Syndicat national des entreprises gaies.

Selon ce dernier, "c'est le caractère général de la mesure qui n'a pas de sens : en pénalisant tous les bars, les bons élèves vont aussi être pénalisés (...). La mairie pourrait sanctionner individuellement les quelques bars en cause".

Je préfère un mauvais arrangement à un bon procès

Thierry Grégoire

Les deux syndicats ont l'intention de déposer un recours devant le tribunal administratif, au plus tard le 28 février selon le délai légal, mais seulement si la mairie refuse de se remettre à la table des négociations. "Je préfère un mauvais arrangement à un bon procès", admet Thierry Grégoire.

Quelque 90 bars de Lille bénéficiaient jusque-là d'une dérogation au régime général leur permettant d'ouvrir jusqu'à 3h du matin au lieu d'1h, selon les estimations de Rémi Calmon.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/