2 min de lecture Grève

Les routiers relancent la grève et les blocages dès le 15 mars

Les syndicats de routiers, qui réclament des hausses de salaires, n'ont pas été convaincus par leur rencontre avec Alain Vidalies

Blocage de routiers dans le Nord de la France le 27 janvier 2015
Blocage de routiers dans le Nord de la France le 27 janvier 2015 Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

À l'issue d'une rencontre visiblement peu concluante avec le secrétaire d'État aux Transports Alain Vidalies, les syndicats du transport routier ont confirmé ce mardi 3 mars leur intention de relancer blocages et grèves à compter du 15 mars pour réclamer des hausses de salaires.

L'intersyndicale (CFDT, CGT, FO, CFTC, CFE-CGC) avait sollicité une entrevue avec la ministre de l'Écologie et de l'Énergie Ségolène Royal, après qu'elle eut affirmé que l'État "pourrait aider" à trouver une solution, suite à l'échec le 9 février des négociations annuelles obligatoires dans le transport routier de marchandises (près de 330.000 salariés fin 2013). Les cinq syndicats ont été finalement reçus par Alain Vidalies. "Il nous a surtout écoutés et dit qu'il fera remonter nos doléances à Mme Royal. Cela ne nous suffit pas et nous renforce dans la nécessité d'une action à partir du 15 mars", a déclaré Jérôme Vérité (CGT).

Les négociations avec le patronat toujours au point mort

Espérant toujours une reprise des négociations, les syndicats avaient annoncé mi-février des actions de blocages et une grève à durée indéterminée à partir du dimanche 15 mars au soir, faute d'accord salarial avec le patronat. Le représentant CGT est sorti avec le sentiment que le gouvernement ne voulait "pas utiliser l'arme de la menace de retrait des aides publiques" pour ramener le patronat à la table des négociations. "Le gouvernement ne veut pas être au milieu de la mêlée", a-t-il déploré.

"On attend le retour de Monsieur Vidalies auprès de la ministre" mais la CFDT "reste dans une logique de préparation d'action", a commenté pour sa part Thierry Cordier pour qui le gouvernement doit agir en "facilitateur". "Quoi qu'il arrive, tant que les négociations n'auront pas repris, notre mouvement d'action est maintenu", a confirmé Patrice Clos (FO). L'intersyndicale se réunira mardi soir pour définir les modalités des actions.

À lire aussi
Philippe Martinez à Paris, le 9 octobre 2018 cgt
Grève du 5 décembre : pour Philippe Martinez, le RN n'est pas le bienvenu

Sur le délicat dossier du cabotage, la CGT affirme en revanche être sortie plutôt rassurée : "Alain Vidalies nous a affirmé que le gouvernement irait jusqu'au bout sur la totalité de l'amendement" inséré au projet de loi Macron, affirme Jérôme Vérité. Cet amendement pour quel es chauffeurs routiers étrangers travaillant dans l'Hexagone soient payés au Smic français doit aussi instaurer "une véritable responsabilité du donneur d'ordre", se réjouit le syndicat.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève Transports Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants