1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les pesticides désormais interdits dans les parcs et jardins publics
1 min de lecture

Les pesticides désormais interdits dans les parcs et jardins publics

Les collectivités locales vont devoir se désherber et chasser les parasites de façon naturelle.

Le parc de Bagatelle dans le Bois de Boulogne, à Paris
Le parc de Bagatelle dans le Bois de Boulogne, à Paris
Crédit : AFP / Archives, Stéphane de Sakutin
Les pesticides désormais interdits dans les parcs et jardins publics
01:49
Les pesticides désormais interdits dans les parcs et jardins publics
01:59
Virginie Garin & Loïc Farge

2017 sera un monde plus bio. Les pesticides chimiques sont désormais interdits dans tous les parcs et jardins publics. Les collectivités locales devront prendre exemple sur les villes qui le font déjà. Car 3.000 communes en France n'ont pas attendu le 1er janvier. Strasbourg, Lyon ou Bordeaux ont banni les pesticides depuis des années. Ces villes ont dû former leurs agents municipaux aux techniques bio. Déjà, la mauvaise herbe n'est plus l'ennemie à faire disparaître systématiquement. On les laisse pousser par endroit. Les herbes folles sont tolérées. Un pissenlit dans un trou sur le trottoir, c'est autant de nourriture supplémentaire pour les abeilles. Le désherbage se fait à la main, avec des brosseuses mécaniques, ou encore à la vapeur - on brûle les mauvaises herbes.

Pour empêcher ces mauvaises herbes de pousser, il y a la technique du paillage. Votre sapin de Noël broyé va servir à ça : on va recouvrir le sol avec du sapin haché ou des écorces d'arbre. Les engrais sont naturels : du crottin plutôt que du chimique. Donc c'est meilleur pour la santé de agents municipaux, des enfants qui jouent dans les parcs, mais aussi des insectes qui pollinisent les plantes.

La prochaine étape, ce sont les particuliers. Dans votre jardin, vous devrez vous passez de pesticides. Le 1er janvier 2019, fini le Roundup, bonjour les coccinelles ! En attendant, si vous voulez continuez à acheter des produits - c'est l'autre nouveauté de 2017 -, désormais ils ne sont plus en ventre libre dans les magasins. Il faudra, comme à la pharmacie pour les médicaments sur ordonnance, passer par un vendeur qui devra vous alerter sur les dangers et vous conseiller.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/