3 min de lecture Société

Le quartier de Sarcelles-Lochères témoigne du repli communautaire

LES FRACTURES FRANÇAISES (1/5) - Dans le quartier de Lochères à Sarcelles, les populations défavorisées sont concentrées dans les barres d'immeubles. Aujourd'hui, chacun vit selon sa communauté ou sa religion dans sa tour.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"Les fractures françaises" : le quartier de Sarcelles-Lochères témoigne du repli communautaire Crédit Image : AFP / Archives, Stéphane de Sakutin | Crédit Média : Émilie Baujard | Durée : | Date : La page de l'émission
Émilie Baujard
Emilie Baujard et Loïc Farge

Le quartier de Lochères, à Sarcelles (Val d'Oise), concentre des dizaines de barres d'immeubles grises et beiges. Elles sont divisées aujourd'hui par communauté. Il y a la tour des Maliens, des Turques, des Pakistanais, des Juifs, ou encore des Marocains.

Ces immeubles étaient pourtant le symbole de l'urbanisation et de la mixité dans les années 60. Avant de vite se transformer en "ghettos ethniques", comme les appelle François Pupponi, le maire socialiste de la ville. Pour lui, tout cela a été sciemment organisé.

Difficile de sortir du ghetto

"On a fait en sorte qu'ici, il n'y ait que les plus pauvres issus de l'immigration. Après, par facilité, dans une cage d'escalier on mettait une famille de Maliens, puis une deuxième. Quand il y avait deux familles de Maliens, seuls les gens qui étaient maliens acceptaient l'appartement", décrypte l'édile.

"C'est comme cela que ce ghetto a été constitué, ce n'est pas le fruit du hasard", poursuit-il.

Paris est à 10 minutes en RER. Pourtant, ce sont deux pays différents.

Kalid, habitant de Sarcelles
Partager la citation
À lire aussi
Des biscuits Saint-Nicolas fêtes
Saint-Nicolas : pourquoi célèbre-t-on la fête le 6 décembre ?

Aujourd'hui, 40.000 personnes vivent dans ces barres d'immeubles. Il est difficile, voire impossible, d'en sortir. Kalid est d'origine marocaine. Il a 41 ans et deux enfants. Il n'ose même plus faire de demande pour changer de logement.

"Si vous cherchez ailleurs, on va vous jeter dans un quartier où il n'y a que dix arabes ou dix noirs. Nous sommes à dix minutes de Paris en RER, mais ce sont deux pays différents", constate-t-il.


Toutes les communautés qui habitent dans le quartier cohabitent plutôt bien, vu les circonstances. Mais depuis quelques années, les différentes communautés vivent de plus en plus entre elles. Elles se mélangent beaucoup moins.

Le quartier Lochères s'est communautarisé. L'environnement social s'est vite dégradé. Daniel vit ici depuis 1968. Il arrivait alors du Nord. Il a vu le quartier évoluer. "Le problème, ce n'est pas la couleur, ni la race, ni la religion. Le problème, c'est la pauvreté", analyse-t-il. "Si les jeunes cassent, c'est parce qu'ils n'ont rien et ne s'attendent à rien".

Un casse-tête pour le maire

Manuel Valls a parlé d'une "politique de peuplement" pour lutter contre cette ghettoïsation. À ce stade, cela parait bien compliqué à Sarcelles. Même si la mairie a réussi à faire revenir quelques classes moyennes dans ces quartiers, il s'agit toujours de populations issues de l'immigration.

Ramener de la mixité sociale après quarante ans de mauvaise politique, c'est un véritable casse-tête pour le maire. "Je me refuse à dire à des gens dans cette ville : 'Vous êtes trop pauvres, vous n'avez pas la bonne couleur de peau, il faut de la mixité, donc il faut partir !'", lâche François Pupponi.

Arrêtons d'envoyer les plus pauvres dans ces quartiers

François Pupponi, maire de Sarcelles
Partager la citation

Il avertit : "Arrêtons de croire que l'on va réinventer un modèle idyllique où il y aurait toutes les couleurs mélangées". Il demande que l'on arrête d'envoyer les plus pauvres dans ces quartiers.

Pour beaucoup d'habitants, il faudrait déjà arrêter de stigmatiser ces quartiers et leur donner les moyens humains, éducatifs et financiers de se développer comme n'importe quel autre quartier.

Une semaine pour comprendre les fractures françaises

Toute cette semaine, RTL propose une série de reportages pour faire un état des lieux des clivages qui existent au sein de la société française et qui ont éclaté au grand jour après les attentats contre Charlie Hebdo et la supérette casher de la porte de Vincennes.

La France aujourd'hui s'interroge douloureusement : comment trois enfants de la République ont-ils pu prendre les armes contre leurs propres compatriotes ?

RTL a choisi d'écouter et de donner la parole aux Français pour décrypter les fractures qui divisent notre pays et font craindre pour sa cohésion : crispations identitaires, chômage, échec scolaire, ghettoïsation ethnique et religieuse.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Attentats en France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants