55 min de lecture Information

Retraites : gel des pensions complémentaires en 2014

Écoutes de Sarkozy : Taubira informée le 26 février, Valls affirme qu'il n'était pas au courant - Retraites : gel des pensions complémentaires en 2014 - Les expressions préférées des Français pour "épater la galerie" - Nous mangeons de moins en moins de pain ! Étudiants infirmiers : les cliniques privées lèvent leur boycott des stagiaires...Voici les sujets qui seront notamment abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Des personnes défilent le 6 octobre 2011 à Lille à l'appel des cinq organisations syndicales de retraités
Des personnes défilent le 6 octobre 2011 à Lille à l'appel des cinq organisations syndicales de retraités Crédit : AFP / Archives, Philippe Huguen

Ecoutes de Sarkozy : Taubira informée le 26 février, Valls affirme qu'il n'était pas au courant

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a affirmé ce matin sur RTL qu'il avait été mis au courant par la presse, et pas avant, des écoutes visant Nicolas Sarkozy et son avocat, le procureur général de Paris confirmant lui avoir informé la Chancellerie dès le 26 février.

Manuel Valls a expliqué avoir appris l'existence de ces écoutes "à l'occasion des révélations du Monde" le 7 mars. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait indiqué hier soir sur France 2 avoir été averti, avec la ministre de la Justice Christiane Taubira, le 26 février, date de l'ouverture d'une information judiciaire, tout en assurant ne pas avoir eu connaissance du "contenu" des écoutes. "Personne au gouvernement n'a eu accès au contenu de ces écoutes. C'est évidemment toujours le cas aujourd'hui", a également affirmé Manuel Valls.

Le procureur général de Paris, François Falletti, a confirmé ce matin avoir informé la Chancellerie le 26 février de la mise sur écoutes. "Le 26 février 2014, il y a eu un rapport d'information qui est remonté auprès de la direction des affaires criminelles et des grâces, comme c'est la règle concernant" ce type de dossier, a expliqué le haut magistrat, en ajoutant  avoir été personnellement informé "le 21 février" des écoutes de Nicolas Sarkozy et de son avocat Thierry Herzog.

Manuel Valls a cependant assuré que l'information ne lui avait pas été communiquée à ce moment-là par ses collègues du gouvernement. "Chacun reste dans son rôle", a-t-il dit, "ne faisons pas insulte aux magistrats ni aux policiers (...) qui agissent sous l'autorité de ces magistrats".

Un ministre qui ment doit-il démissionner ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour.

La rédaction vous recommande

Retraites : gel des pensions complémentaires en 2014

À lire aussi
vaccin
Vaccin : "La vie d'Israël est un coup de Poker", illustre son ambassadeur en France

Les pensions complémentaires de l'Arrco, régime des salariés du privé, seront gelées en 2014, ce qui va entraîner une baisse de pouvoir d'achat pour 11,8 millions de retraités, conjuguée aux effets de la réforme des retraites.

Les administrateurs de l'Arrco - représentants du patronat et des syndicats - ont entériné ce gel hier après-midi lors d'un conseil d'administration, par 36 voix pour et 4 contre, celles de la CGT.

Pour combler une partie du déficit, syndicats et patronat s'étaient entendus en 2013 pour limiter la revalorisation des pensions - qui intervient chaque année le 1er avril - en 2013, 2014 et 2015.

Leur accord prévoyait que les pensions seraient revalorisées un point en dessous de l'inflation sur trois ans.

Ainsi, pour 2014, la hausse des prix étant prévue à 1,3%, les pensions auraient dû être augmentées de 0,3%.

La retraite complémentaire représente un tiers de la pension totale pour les salariés non cadres et peut aller jusqu'à 60% pour les cadres. 

Invités de RTL Midi à 13h10 : Jean-Hervé Lorenzi, Président du Cercle des économistes et Marie-Laure Dufrêche, déléguée générale de l'association Sauvegarde Retraites.

La rédaction vous recommande

Les expressions préférées des Français pour "épater la galerie"

Si en Angleterre il pleut des chats et des chiens, "les chiens ne font pas des chats" est l'expression préférée de 32% des  Français, devant "ne pas être sorti de l'auberge" (20%), selon un sondage commandé par Le Point pour un hors-série consacré à ces formules imagées dont raffole le public.

En vente à partir de jeudi, ce hors-série de 84 pages (6,50 euros) explique aussi les origines parfois surprenantes des 101 expressions les plus populaires, de celles issues de la mythologie, de la religion, du corps humain,  des lieux ou du monde animal, et comprend un dossier sur les expressions dictées par l'Histoire, comme "franchir le Rubicon" ou "c'est la bérézina" ou encore un quiz pour tester ses connaissances.

Parmi les locutions préférées des Français, "Se faire l'avocat du diable" et "donner de la confiture aux cochons" sont plébiscitées par 16% des sondés, suivies par "mentir comme un arracheur de dents" (14%), "jeter l'argent par les  fenêtres" et "mettre du beurre dans les épinards" (13%). "Etre au four et au moulin", "avoir une faim de loup" et "avoir du pain sur la planche" arrivent ensuite ex-aequo (12%).

"Donner de la confiture aux cochons" est aussi considérée comme l'expression la plus drôle par 19% des personnes interrogées, devant "mentir comme un arracheur de dent" et "être le dindon de la farce".

"Rire comme une baleine" est jugée l'expression la plus stupide par 26% des Français, "courir le guilledou" la plus désuète et "comme on fait son lit on se  couche", celle qu'il faudrait remettre à la mode.

Nous mangeons de moins en moins de pain !

98% des Français disent manger du pain...On en achète en moyenne 3 fois par semaine...Mais entre 1950 et aujourd'hui, notre consommation a chuté de moitié! Et depuis 10 ans, l'érosion continue. En 2003, on mangeait 150 grammes de pain par jour...Aujourd'hui, c'est 130 grammes, l'équivalent d'une demi-baguette -sachant qu'une baguette pèse 250 grammes.

Cela s'explique parce que les Français sautent de plus en plus le petit déjeuner, on mange moins de tartines de confitures le matin. Et la journée, on mange davantage à l'extérieur du domicile, des pâtes, des salades, où le pain est absent...Et le pain a été banni de certains régimes, même si aujourd'hui on en revient, avec quand même de plus en plus d'intolérants au gluten et donc au blé (1% de la population).

Cela dit, la baguette reste le produit phare, représentant 3/4 des ventes de pain en France. Et les pains se diversifient: pains aux céréales, aux noisettes...Les boulangeries traditionnelles représentent 65% des ventes de pain en volume, et les boulangeries industrielles équipées de terminaux de cuisson 25%, et les grandes surfaces 10%.

La rédaction vous recommande

Etudiants infirmiers : les cliniques privées lèvent leur boycott des stagiaires

Les cliniques privées ont levé leur boycott des stages d'infirmiers après un rendez-vous hier des représentants de  la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) au ministère de la Santé, a annoncé mercredi le ministère dans un communiqué.

La FHP avait appelé à ne plus accueillir d'étudiants en stage après la décision du ministère de baisser leurs tarifs en 2014, ce qui avait conduit des  milliers d'étudiants infirmiers à manifester le 4 mars dans toute la France.

Les cliniques s'estiment lésées alors que les tarifs des hôpitaux vont rester stables. Le gouvernement entend ainsi compenser le crédit d'impôt compétitivité (CICE) dont elles bénéficient, contrairement aux hôpitaux.

Au ministère hier, la ministre Marisol Touraine "a rappelé qu'une solution avait été trouvée pour 100% des étudiants concernés", selon le communiqué. Lors  d'une conférence de presse mercredi matin, la FHP a de son côté évoqué des "avancées" et des "progrès notables" avec le ministère, même s'il reste des "points d'ombre" et des "épines irritatives".

Son président, Jean-Loup Darousset, a indiqué que le message serait donné aux établissements de "reprendre les stagiaires au fur et à mesure des parcours  des étudiants". "Nous sommes sur la voie du retour à la normale qui va s'échelonner dans le temps. Ceux affectés dans d'autres établissements vont finir dans l'établissement où ils ont commencé", a-t-il précisé, estimant à fin  avril le terme de l'impact complet pour les étudiants infirmiers.

La rédaction vous recommande

 
Nous attendons vos commentaires et vos avis sur ce blog ! A vous de jouer !

 

Lire la suite
Information
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants