1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La France veut-elle les Jeux Olympiques à tout prix ?
4 min de lecture

La France veut-elle les Jeux Olympiques à tout prix ?

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

La flamme olympique (illustration)
La flamme olympique (illustration)
Crédit : ANDREJ ISAKOVIC / AFP
LES AUDITEURS ONT LA PAROLE
00:27:44

Paris-2024 au rapport, en attendant la candidature

Bernard Lapasset, président du Comité français du sport international (CFSI), présente aujourd'hui un rapport encourageant sur "la faisabilité et l'opportunité" des JO-2024 à Paris, qui devrait rapidement déboucher sur une candidature. 
   
Cette présentation intervient dans un contexte favorable: l'idée de Jeux à Paris est soutenue par les trois quarts des Français et désirée aujourd'hui par la maire Anne Hidalgo. 
   
Devant telle unanimité, on voit mal ce qui pourrait entraver les progrès d'un dossier dont l'ossature doit être déposée sur la table du Comité international olympique (CIO) en septembre prochain. 

"Oui, le projet est faisable, oui, il est opportun", devrait déclarer dans les salons de l'Hôtel de Ville, Bernard Lapasset, président de la Fédération internationale de rugby, chargé depuis plus d'un an d'évaluer une éventuelle candidature parisienne via le CFSI. 
   
Oui il est faisable, même en ces temps de budgets contraints, car la capitale, candidate deux fois malheureuse (pour 2008 et 2012) dispose, ou disposera à l'horizon 2024, de la majeure partie des installations nécessaires à sa réussite: un système de transports rénové et performant qui desservira le Grand Paris, un stade olympique (le stade de France), un vélodrome, des salles neuves ou réhabilitées (Arena 92, Bercy, Roland-Garros), et des sites temporaires de prestige (le Champ de Mars, le Grand Palais, etc...).  

Le pré-dossier mise sur un budget compris entre 3,8 et 5 milliards d'euros, soit moins que celui de Paris-2012 (5 MdE), bien loin de la facture finale de Londres (11 MdE). 


La France veut-elle les Jeux Olympiques à tout prix ? 

Invités du débat de RTL Midi : Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et Alain Lunzenfichter, ancien rédacteur en chef adjoint à L'Équipe.

La rédaction vous recommande

Le nombre de mariages en 2013 au plus bas depuis l'après-guerre

Le nombre de mariages célébrés en 2013, 231.225 entre personnes de sexe différent, est le plus bas enregistré en France  depuis l'après-guerre, tandis que l'on observe une part croissante des remariages, d'après une étude de l'Insee rendue publique aujourd'hui. 
   
Le chiffre des unions enregistrées a baissé de 6% par rapport à 2012, où 15.000 mariages de plus avaient été contractés. 
   
De 1950 jusqu'au début des années 1980, on célébrait environ 300.000 mariages en France. En 1972, ce chiffre a atteint un pic avec 417.000 couples. C'est en 1984 que l'on passe sous le seuil des 300.000 unions par an, avant de repasser un peu au-dessus en l'an 2000. Depuis la décroissance se poursuit. 
   
Selon les données de l'Institut national de la statistique, on se marie donc moins et plus tard. Ainsi, à 30 ans, 37,5% des femmes nées en 1980 sont déjà mariées. Cette proportion atteignait 86,7% pour les femmes nées en 1930 au  même âge. 

Dans le même temps, 125.000 divorces ont été enregistrés en 2013, soit plus de la moitié du nombre des mariages la même année. 

À lire aussi

La part des remariages augmentent du fait de cette propension des couples à se séparer. En 2013, 47.000 hommes et 45.000 femmes ont contracté une seconde union, représentant un mariage sur cinq entre personnes de sexe différent. Cette proportion était de 7,8% en 1973. 


L'institution du mariage est-elle dépassée ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Sondage
L'institution du mariage est-elle dépassée ?*

Pour les Européens, les Suédois conduisent le mieux, les Italiens le moins bien

Ce sont les Suédois qui ont le comportement le plus responsable sur les routes et les Italiens qui sont les plus dangereux, jugent les Européens sondés dans le dernier baromètre européen de la conduite responsable diffusé aujourd'hui par la fondation Vinci autoroutes. 

Interrogés sur le pays dans lequel les conducteurs se montrent les plus responsables, les Européens désignent en première position la Suède (37% de citations), l'Allemagne (27%), puis la Grande-Bretagne et les Pays-Bas (11%), selon cette étude réalisée par l'institut Ipsos. La France n'est citée que par 3% des sondés. 
   
Au moment de désigner la patrie "des conducteurs les plus irresponsables", les sondés pointent l'Italie (31% des citations). 58% des Italiens citent d'ailleurs leur propre pays. Les Grecs arrivent à la deuxième place avec 20% des citations. 

Le "comportement incivil" le plus courant au volant est le fait d'injurier les autres conducteurs: "56% des Européens reconnaissent le faire au moins de temps en temps." Les champions en la matière sont les Grecs: 74% d'entre eux admettent le faire. 

Hyperactivité et déficit d'attention: la France veut améliorer le dépistage

Que faire avec des enfants qui bougent tout le temps, sont incapables de se concentrer et épuisent leur entourage ? La Haute autorité de santé (HAS) formule pour la première fois des recommandations pour mieux repérer et prendre en charge les troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). 
   
"Notre objectif est de fournir des repères aux médecins généralistes pour qu'ils puissent mieux identifier les enfants qui en sont atteints et les adresser à des spécialistes pour une prise en charge précoce", précise le Dr Cédric Grouchka, membre du collège de la HAS, l'organisme public chargé de définir les bonnes pratiques médicales. 
   
Repérer un "TDAH", un trouble connu depuis une vingtaine d'années, n'est pas aisé car il recouvre trois symptômes différents - un manque d'attention, une agitation incessante et une impulsivité - qui peuvent coexister à des degrés divers. 

En France, la HAS estime qu'entre 3,5 et 5,6% des enfants scolarisés seraient touchés, soit entre 300.000 et 500.000 enfants, dont une majorité de garçons (environ 2 à 3 garçons pour une fille). 
  

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis.

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/