1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "La France est en pointe en matière de sécurité alimentaire", dit un spécialiste
2 min de lecture

"La France est en pointe en matière de sécurité alimentaire", dit un spécialiste

REPLAY - La France a-t-elle des lacunes en matière de sécurité alimentaire ? Visiblement, non : notre pays ferait même figure d'exemple dans le monde entier. L'éclairage de Marc Mortureux, directeur général de l'Anses.

Photo d'illustration d'inspecteurs des services vétérinaires à Rungis le 20 décembre 2013.
Photo d'illustration d'inspecteurs des services vétérinaires à Rungis le 20 décembre 2013.
Crédit : AFP / MARTIN BUREAU
"La France est en pointe en matière de sécurité alimentaire", dit le directeur général de l'Anses
04:36
Yves Calvi & Loïc Farge

À l'occasion de la Journée mondiale de la santé, ce mardi 7 avril, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) fait depuis Rungis la promotion des actions à mener au niveau mondial pour assurer la sécurité sanitaire des aliments et l'accès pour tous à une alimentation abondante et équilibrée. Comment se place la France dans ce domaine ? "Notre pays a un bon niveau de maîtrise de la sécurité sanitaire des aliments", se félicite Marc Mortureux, directeur général de l'Anses.

Il rappelle que la France a été l'un des premiers pays à avoir mis en oeuvre une approche intégrée, que l'on appelle "de la fourche à la fourchette" ou "de l'étable à la table". Ainsi, "chaque acteur de la chaîne alimentaire est pleinement responsabilisé par la mise en place de plans de maîtrise des risques par des contrôles faits à chaque étape, en complément des contrôles faits par les pouvoirs publics".
Pour lui, il est essentiel que les difficultés soient détectées "le plus en amont possible" et que les contrôles ne soient pas faits qu'en bout de chaîne. "C'est aussi le fait qu'en France, suite à la crise de la vache folle, on a mis en place une Agence de sécurité sanitaire indépendante, scientifique, qui a pour objectif aussi de, en permanence, anticiper les risques émergents", se félicite-t-il.

Le risque zéro n'existe pas

Marc Mortureux, directeur général de l'Anses

À l'occasion de cette Journée mondiale de la santé, il est essentiel à ses yeux de rappeler aux consommateurs qu'ils ont une part de responsabilité "parce qu'il y a un certain nombre de gestes simples qui vont permettre de fortement réduire le risque d'avoir des intoxications à la maison". Cela passe ainsi par le nettoyage du réfrigérateur, mais aussi par l'hygiène (se laver les mains avant de faire la cuisine).

"Ce qui est important, c'est aussi d'éviter de mélanger d'une façon ou d'une autre les aliments qu'on va manger crus et les aliments qu'on va manger cuits", conseille-t-il. Ainsi, quand on coupe sa viande sur une planche à découper, "il peut y avoir un certain nombre de micro-organismes qui peuvent être dangereux mais la viande va être cuite, donc ces micro-organismes vont être tués par la chaleur". Par contre, "si sur cette même planche à découper, on va, sans la laver, couper des tomates qu'on va consommer crues, on a le risque d'une contamination qui peut être dangereuse parce qu'on va manger la tomate crue".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/