9 min de lecture Divertissement

Vendredi 14 février 2014 : Disparues

Où est passée la petite Maddie McCann ? Qui a kidnappé Estelle Mouzin ? Saura-t-on un jour qui a massacré ces jeunes filles qu’on appelle "les oubliées de l’A6" ? Et les premières "disparues de Perpignan", le sont-elles pour toujours ? Karl Zéro a repris une à une toutes ces enquêtes et porte un éclairage nouveau sur ces dossiers de disparitions non-élucidées.

Jacques Pradel
Jacques Pradel Crédit : Elodie Grégoire

Bonjour à tous !

A la une de l’heure du crime aujourd’hui, les disparitions d’enfants non élucidées, malgré la détermination des enquêteurs et les moyens parfois considérables déployés sur le terrain par la police ou la gendarmeri.
 
Estelle, Marion, Maddie, Annaïs, des prénoms d’enfants disparus mystérieusement, parfois depuis de nombreuses années, mais qui sont toujours dans les mémoires et qui font périodiquement à nouveau la une de l’actualité à l’occasion de rebondissements qui raniment l’espoir de leurs proches d’aboutir enfin à la vérité.
Malheureusement, il s’agit souvent de fausses pistes.
 
Les enquêtes sont au point mort. Mais les rumeurs continuent à courir sous forme de points d’interrogations : Accidents maquillés, réseaux pédophiles bénéficiant de hautes protections, tueurs en séries déjà incarcérés pour d’autres affaires, et qui gardent le silence ?
 
Comment savoir ?
 
Mon invité Karl Zéro a repris les dossiers, les synthèses d’enquêtes, les pistes abandonnées, et il est retourné sur le terrain, sur les lieux où les drames se sont déroulés.

Jacques Pradel


La jeune Madeleine McCann, dite "Maddie", a disparu en mai 2007 au Portugal
La jeune Madeleine McCann, dite "Maddie", a disparu en mai 2007 au Portugal Crédit : AFP / Archives, Abdelhak Senna

Maddie McCann

À lire aussi
Caroline Dublanche Parlons-nous
Deuil d'un enfant : quand le temps s'arrête

Le 3 mai 2007 à Praia da Luz au Portugal, la petite Maddie McCann disparait alors que ses parents dinent dans un restaurant à une centaine de mètres de leur maison de vacances. Selon les déclarations des parents, le père est allé, vers 21h, voir ses trois enfants. Tout allait bien. Vers 21h45, les parents rentrent du restaurant et découvrent le lit de Maddie vide. La fenêtre et les volets de la chambre sont ouverts. La gendarmerie est prévenue une heure plus tard. Les gendarmes, le personnel du complexe, des habitants de Praia da Luz, tout le monde cherche la fillette pendant une partie de la nuit alors que la police des frontières et les aéroports sont en alerte.
Quelques jours plus tard, le 9 mai 2007, Interpol diffuse une alerte mondiale à tous ses membres.
Les mois et les années passent. De multiples pistes sont étudiées : l'intervention d'un pédophile étranger, la culpabilité des parents… Sans résultats.
En mai 2009, coup de théâtre, le policier portugais chargé de l'enquête Gonçalo Amaral publie un livre (Maddie, L'enquête interdite) où il révèle les conclusions des enquêteurs : Maddie serait morte dans l'appartement et son cadavre caché.
Alors que l'enquête est close au Portugal, les parents de la fillette lancent un nouvel appel à témoins en novembre 2009, avec des portraits vieillis.  
Début mai 2011, Scotland Yard relance l'enquête grâce à une nouvelle piste : deux hommes incarcérés en Ecosse pour pédophilie, Charles O'Neil et William Lauchlan. Ils se sont beaucoup déplacés en Europe, notamment au Portugal à partir de 2006. De plus, Charles O'Neill ressemble au suspect aperçu en train de rôder autour du complexe touristique portugais où se trouvait la famille McCann.
Fin Janvier 2014, la presse britannique annonce l'arrestation imminente de trois suspects qui appartiendrait à un réseau de cambriolage. Une information démentie par Scotland Yard.
 
   

Des enquêteurs à la recherche des corps des disparues de Perpignan près de la station d'épuration de Leucate le 10 septembre.
Des enquêteurs à la recherche des corps des disparues de Perpignan près de la station d'épuration de Leucate le 10 septembre. Crédit : RAYMOND ROIG / AFPRAYMOND ROIG / AFP

Les disparues de la gare de Perpignan

Entre 1995 et 2001, la ville de Perpignan connait une série de disparitions inquiétantes qui semblent liées entre elles. Quatre jeunes filles au physique similaire disparaissent dans le quartier de la gare, vraisemblablement abordées et emmenées de force par un automobiliste : Tatiana Andùjar le 24 septembre 1995, Mokhtaria Chaïb le 21 décembre 1997, Marie-Hélène Gonzales le 16 juin 1998 et Fatima Idrahou le 9 février 2001. Mis à part Tatiana Andújar, dont le corps n'a jamais été retrouvé, toutes les victimes ont été découvertes mortes et dénudées. Les corps de deux d'entre elles ont été atrocement mutilés. Les effets personnels de toutes les victimes n'ont jamais été retrouvés.
Sur les indications d'un témoin, un certain Marc Delpech est interpellé et finit par avouer le meurtre de Fatima Idrahou qu'il connaissait pour avoir fréquenté le magasin où la victime était caissière. Le corps de la jeune femme est retrouvé sur les bords de l'étang de Canet, à deux pas du domicile du tueur présumé. Le 18 juin 2004, Marc Delpech est condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la Cour d'Assises des Pyrénées Orientales pour l'enlèvement, le viol et le meurtre de Fatima Idrahou. Des soupçons pèsent sur lui concernant les trois autres crimes. On a découvert à son domicile des coupures de presse relatant les quatre meurtres ainsi qu’une troublante ébauche d’un roman policier intitulé "Tatiana" et contenant très précisément les circonstances de l’enlèvement de Tatiana Andújar. Il n'est toutefois pas poursuivi pour les autres disparitions.
Marc Delpech n'est pas la seule personne sur qui pèsent des soupçons. Depuis 2010, les enquêteurs s'intéressent à l'implication possible de l'Espagnol Esteban Reig, un tueur psychopathe qui s’est suicidé en détention en 2002. L'homme connu pour ses accès de violence, avait été condamné pour le meurtre de son colocataire. Fait troublant : il vivait à Perpignan au moment des disparitions de Mokhtaria Chaïb et Marie-Hélène González en 1997 et 1998 et fréquentait le quartier de la gare, particulièrement le Café Figuerres. Selon des confidences faites à ses compagnons de cellule, ainsi qu’à sa fille, il aurait reconnu avoir tué et dépecé deux femmes à Perpignan, ajoutant qu'il préférait "les brunes, cheveux longs, assez typées, pas trop grandes, réservées", exactement le profil des quatre disparues.
En 2013, l'affaire n'est toujours pas close. Marc Delpech a été condamné pour le meurtre de Fatima Idrahou, mais les deux autres suspects sont morts. Esteban Reig s'est suicidé et Andrés Palomino a été assassiné en Espagne.
Le meurtrier de Tatiana, Mokhtaria et Marie-Hélène pourrait toujours être dans la nature. En octobre 2013, des empreintes génétiques ont été mises en évidence sur plusieurs des objets saisis à l'endroit où Marie-Hélène Gonzalez avait été retrouvée morte. Elles ne correspondraient pas à celles d'Andres Palomino Barrios, longtemps suspecté de ce meurtre.
 
   

Estelle Mouzin a disparue le 9 janvier 2003 à Guermantes en Seine-et-Marne
Estelle Mouzin a disparue le 9 janvier 2003 à Guermantes en Seine-et-Marne Crédit : DR

Estelle Mouzin

Le 9 janvier 2003, Estelle Mouzin, 9 ans, disparaît sur le chemin du retour de l'école à Guermantes. La dernière fois que quelqu'un l'a aperçu, c'est devant la boulangerie, alors qu'elle rejoignait le domicile de sa mère Suzanne, en instance de divorce avec Éric Mouzin. Sa mère signale la disparition d'Estelle au commissariat local peu après 19h. S’en suivront dix années de recherches. Dix années d’attente et d’espoirs déçus. Les centaines de perquisitions et d’auditions menées par la brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles sont restées vaines.
Mais un récent témoignage inédit pourrait relancer l’enquête, actuellement dans l’impasse…
Jean-Claude Petit, un ancien agent du service voirie de Bussy-Saint-Georges, ville limitrophe de Guermantes, aujourd’hui retraité dans le Bordelais, sort du silence. C’est après avoir regardé une émission sur l’affaire Estelle, qu’il s’est souvenu de déclarations de certains de ses collègues, les jours suivants la disparition de la fillette. " Le soir où Estelle Mouzin a disparu, il a neigé et il faisait froid. On a salé les rues jusqu’à 2 heures du matin ", se souvient Jean-Claude Petit. " Le lendemain, le vendredi 10 janvier, l’un des agents d’astreinte a dit : La nuit dernière, vers 2 heures, j’ai vu Seddik M. qui traînait à la ferme de la Jonchère (NDLR : où la ville entreposait le sel, près de Guermantes), près d’une benne à ordures. Ça m’a étonné car il n’était pas d’astreinte… " Ce fameux Seddik, qui travaillait lui aussi au service voirie, passait pour " un être ingérable et parfois violent, ne se gênant pas pour lancer des menaces sexuelles à l’adresse des collègues femmes ", précise Jean-Claude Petit. " Mais il y a autre chose. Le lundi suivant, l’un des gars des ateliers nous a confié : On a emprunté ma camionnette, elle a fait 800 km ce week-end et dans le vide-poches, j’ai retrouvé un ticket de sortie d’autoroute au Havre! " Cela fait 11 ans que les enquêteurs cherchent une camionnette blanche, signalée à l’époque par une collégienne. Mais la vérification de ces éléments par les enquêteurs de la cellule Estelle sera difficile, puisque la camionnette a été revendue depuis longtemps et que l’homme mis en cause s'est pendu en septembre 2009, après avoir été visé par une procédure disciplinaire. Les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles ont cependant déclaré vouloir suivre cette nouvelle piste.
 
   

Le trafic était dense sur l'Autoroute du Soleil le 6 juillet.
Le trafic était dense sur l'Autoroute du Soleil le 6 juillet. Crédit : JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Les disparues de l'A6

Entre 1984 et 2005, 11 jeunes filles disparaissent dans un périmètre très restreint en Saône-et-Loire. Toutes les victimes sont de sexe féminin, entre 13 et 22 ans, et certaines se ressemblent physiquement.  Mais les modes opératoires ne se ressemblent pas, ce qui est extrêmement rare pour un tueur en série. L'affaire est d'autant plus inquiétante que, durant cette période, trois tueurs en série sont passés par cette région : Emile Louis, Michel Fourniret et Francis Heaulmes.
Depuis 1984 le mystère reste entier, et les crimes du triangle infernal restent donc impunis. Les familles des victimes attendent toujours des réponses. A aucun moment les enquêteurs n'ont fait le moindre rapprochement entre ces disparitions pourtant semblables. Il faudra attendre 2009 pour que ces affaires soient confiées à deux magistrats référents. Autre élément accablant : le traitement de certains scellés, qui ont été détruits ou simplement oubliés dans de sombres recoins des palais de justice du département. Quant aux enquêtes, bâclées ou survolées, elles n’ont pas respecté les règles élémentaires de l’investigation. Aujourd’hui toutes ces affaires sont relancées.
 
   

Anaïs Marcelli 2
Anaïs Marcelli 2

Anaïs Marcelli

Anaïs, 10 ans, est enlevé le 14 janvier 1991 vers 18h à la sortie de l'école. L'enlèvement s'est déroulé en pleine rue, à Mulhouse, durant les 700 mètres qui la séparait de son appartement. Des fouilles intenses auront lieu, sans succès. Le dimanche 21 avril, un couple de promeneurs retrouve son corps au col de Bussang, entre la limite du Haut-Rhin et des Vosges. L'autopsie révèlera que l'enfant est morte asphyxiée.
L'assassin, qui n'a jamais été retrouvé, a adressé des missives à plusieurs reprises. Il y revendique l'enlèvement, puis le meurtre d'Anaïs dans un style qui laisse fortement à désirer. Sa première lettre est adressée, le 27 mars 1991, aux élèves de la classe de CM2 d'Anaïs. Il écrira ensuite à plusieurs journalistes.
 
   

Image de réseau pédophile - crédit rts.ch
Image de réseau pédophile - crédit rts.ch

Zandvoort

Un répertoire photographique a été dressé par les autorités hollandaises à partir d'un cédérom contenant plus de 10 000 images séquences pornographiques appartenant à un pédophile néerlandais Gerrit Ulrich, assassiné en 1998 et originaire de Zandvoort. Ce fichier, contient 470 photographies de jeunes enfants qui apparaissent dans ce cédérom et contient les portraits de 14 pédophiles. Il reste pourtant inexploité par les autorités néerlandaises, car les images seraient trop floues et trop anciennes.
Après la mort du pédophile, les enquêteurs ne cherchent pas plus loin et concluent à une piste veine. Gerrit Ulrich ne serait qu'un amateur solitaire de ce genre de vidéos. Pourtant, à Zandvoort, la société informatique Cube Hardware, commercialisait notamment des cassettes pédophiles. Ses responsables étaient en relation avec les organisateurs de croisières de luxe, tarifs tout compris, y compris la fourniture d’enfants, à bord du yacht Apollo. Il arrivait que ce voilier embarque des " clients " à Bordeaux. Destination la Hollande, via l’Angleterre. Sur le carnet d’adresses de Gerrit Ulrich, nous avons relevé des contacts en Hollande, bien sûr. Mais aussi en France (voir article ci-contre), en Grande-Bretagne, en Espagne, en Suède, aux USA, en Bulgarie, en Ukraine, en Pologne et en Lettonie. Et des références bancaires à l’Europabank for Reconstruction and Development, à la Banque nationale d’Ukraine, au Crédit agricole, au Crédit lyonnais et à la banque espagnole Banesto.
Le fait de figurer sur le carnet d’adresses d’un criminel ne fait pas de vous son complice. Mais celui de feu Gerrit Ulrich révèle un vaste champ de relations. Autant de faits qui constituent de graves présomptions sur l’existence d’un réseau international. Pourtant aucune investigation internationale sérieuse ne semble avoir été menée. Le réseau Zandvoort reste toujours opérationnel.
L’affaire Gerrit Ulrich a été traitée comme presque tous les dossiers qui l’ont précédée. Les réseaux pédophiles ? Des fantasmes de journalistes. Il n’existerait que des actes individuels. En Belgique, après le dessaisissement du juge d’instruction Connerotte, l’enquête sur l’affaire Dutroux a été réorientée. Elle vise désormais à présenter Marc Dutroux comme un détraqué sexuel isolé. Un enterrement royal pour éviter que l’enquête ne remonte trop haut. " Nous assistons probablement, à l’avènement d’un concept, celui de criminalité protégée ou légitime ", écrit le juge Connerotte au roi des Belges en janvier 1996. Il dénonce " le dysfonctionnement judiciaire érigé en véritable institution " et garantissant l’impunité des criminels. Le juge Connerotte avait déjà été dessaisi de deux dossiers très sensibles, dont celui de l’assassinat du ministre André Cools.
Ces jours-ci, la Grande-Bretagne découvre avec effroi l’ampleur d’une affaire de sévices à connotation sexuelle, infligés à quelques 650 enfants dans les centres d’accueil du pays de Galles. Plus de cent témoignages ont été recueillis. 80 adultes, mis en examen, devraient être jugés. Les noms de deux députés et d’un membre de la Chambre des lords ont été prononcés. L’assistante sociale qui avait osé dénoncer ces pratiques avait été licenciée en 1986. Ce scandale a perduré pendant vingt-cinq ans.
Dans le contexte de l’étouffement de l’affaire Dutroux, et pour briser la loi du silence, une militante de l’association Morkhoven, Gina Bernaer, quarante et un ans, travailleuse sociale, a fait parvenir au Cide (Comité international pour la dignité de l’enfant) à Lausanne, en Suisse, une copie du cédérom de Gerrit Ulrich. Elle a également révélé avoir mis la main sur une cassette de snuff-movie, un film sans trucages, au cours duquel la petite victime est mise à mort. Le Cide ne recevra jamais cette vidéo. Gina Bernaer est morte. Un accident de voiture dans la nuit du samedi 14 novembre 1998, à quatre kilomètres de son domicile. On n’a relevé aucune trace de freinage avant l’impact du véhicule contre un pont. Dossier classé sans suite.
http://www.crifip.com/mediatheque/dossiers-pedocriminels/le-fichier-de-la-honte-zandvoort.html

Karl Zéro au micro de L'heure du crime le 14 février 2014
Karl Zéro au micro de L'heure du crime le 14 février 2014


Invité : Karl Zéro, journaliste, auteur du livre Disparues (Ed. L’Archipel)

Lire la suite
Divertissement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants