2 min de lecture Divertissement

Jeudi 10 avril 2014 : L'affaire des micros du Canard Enchainé

Le soir du 3 décembre 1973, Escaro, un dessinateur du Canard Enchainé, passe devant les nouveaux locaux de l'hebdomadaire et y aperçoit de la lumière. Sur place, deux "plombiers" en pleins travaux... Ceux-ci sont en réalité des agents de la DST occupés à installer des micros dans les bureaux afin d'identifier les personnes communiquant des informations sensibles au journal. Malgré des preuves irréfutables, la DST nie les faits et le procès donnera raison à l'administration française. L'affaire sera alors surnommée le "Watergaffe".

Le Canard Enchainé
Le Canard Enchainé

Bonjour à tous !

A la une de L'Heure du Crime aujourd’hui, la fameuse affaire des micros du Canard Enchaîné, qui a provoqué un formidable éclat de rire dans toute la France à la fin de l’année 1973...
 
Le mercredi 5 décembre 1973, le Canard Enchaîné titre, sur cinq colonnes à la une : " Oh ! Marcellin, quelle Watergaffe ! ". Raymond Marcellin, c’est le nom du Ministre de l’Intérieur à l’époque. Le scandale du Watergate, qui a éclaté en 1972 aux Etats-Unis, est encore dans toutes les mémoires.

Or, chez nous, en France, le lundi 5 décembre au soir, voilà qu’un collaborateur du Canard Enchaîné, intrigué par des lumières suspectes dans les futurs bureaux du journal, au 173 rue Saint-Honoré, surprend une équipe de faux ouvriers en train de poser des micros-espions dans les locaux.
 
Le scandale est énorme ! L’enquête du Canard révèlera très vite l’implication d’agents de la DST, qui tentaient ainsi d’identifier les mystérieux informateurs du journal dont les révélations sur les turpitudes du monde politique ou économiques faisaient trembler la République.

À lire aussi
Le jardinage peut-il aider à nous soigner ? La Curiosité Est Un Vilain Défaut
Les secrets du jardinage !

Nous revenons sur les coulisses de l’affaire avec la journaliste Stéphanie Mesnier et avec Claude Angeli ancien rédacteur en chef du Canard Enchaîné, qui publient aujourd’hui un livre passionnant sur cette histoire abracadabrantesque.

Jacques Pradel

Le soir du 3 décembre 1973, un journaliste et André Escaro, dessinateur et administrateur du Canard Enchaîné passent devant les nouveaux locaux de l'hebdomadaire. A leur grande surprise, ils y aperçoivent de la lumière. Sur place, ils tombent sur deux plombiers en pleins travaux. Des plombiers qui sont en réalité des agents de la DST, occupés à installer des micros dans les bureaux du journal ! Ces micros étaient destinés à identifier les personnes communiquant des informations sensibles au Canard Enchaîné.

Les preuves sont irréfutables. Les plaques d'immatriculation des voitures par exemple ont été maladroitement camouflées et prouvent que les véhicules appartiennent aux services de police.
La DST continue pourtant à nier les faits et le procès donnera raison à l'administration française. Mais cette décision reste très controversée et l'affaire sera alors surnommée le "Watergaffe", en référence au scandale du Watergate, survenu quelques temps plus tôt aux États-Unis.

Ce "Watergaffe", a indirectement entrainé un remaniement ministériel en mars 1974. Les ministres de l'Agriculture et de l'Intérieur ont ainsi permuté : Raymond Marcellin, jusque-là Ministre de l'Intérieur et ayant la tutelle de la DST, a alors échangé son poste avec celui de Jacques Chirac, Ministre de l'Agriculture et du Développement rural.

Le Canard enchaîné a salué ce départ pour le ministère de l'agriculture par le titre " De la matraque à la charrue ".

Claude Angeli et Stéphanie Mesnier invités de Jacques Pradel pour Les micros du Carnard
Claude Angeli et Stéphanie Mesnier invités de Jacques Pradel pour Les micros du Carnard

Invités : Claude Angeli, rédacteur en chef du Canard Enchainé pendant 30 ans ; Stéphanie Mesnier, journaliste et romancière, auteurs du livre Les micros du Canard

"Les micros du Canard" de Claude Angeli et Stéphanie Mesnier, aux éditions des Arènes
"Les micros du Canard" de Claude Angeli et Stéphanie Mesnier, aux éditions des Arènes
Lire la suite
Divertissement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7771230671
Jeudi 10 avril 2014 : L'affaire des micros du Canard Enchainé
Jeudi 10 avril 2014 : L'affaire des micros du Canard Enchainé
Le soir du 3 décembre 1973, Escaro, un dessinateur du Canard Enchainé, passe devant les nouveaux locaux de l'hebdomadaire et y aperçoit de la lumière. Sur place, deux "plombiers" en pleins travaux... Ceux-ci sont en réalité des agents de la DST occupés à installer des micros dans les bureaux afin d'identifier les personnes communiquant des informations sensibles au journal. Malgré des preuves irréfutables, la DST nie les faits et le procès donnera raison à l'administration française. L'affaire sera alors surnommée le "Watergaffe".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/l-heure-du-crime-jeudi-10-avril-2014-l-affaire-des-micros-du-canard-enchaine-7771230671
2014-03-29 10:46:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/REC7ZR3It25v3cI3nRxzvQ/330v220-2/online/image/2014/0404/7770942542_le-canard-enchaine.jpg