2 min de lecture Enfance

L'école primaire impuissante face aux inégalités sociales entre les enfants

Une étude montre que l'école primaire est une opportunité d'ouverture et d'apprentissage pour les enfants de milieu défavorisé, mais est insuffisante face aux inégalités extérieures.

Un élève lors de la rentrée scolaire, le 3 septembre 2013.
Un élève lors de la rentrée scolaire, le 3 septembre 2013. Crédit : Martin Bureau - AFP
MarionDautryLouiseThéa
Marion Dautry
Journaliste RTL

L'association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) organise ce mercredi 24 septembre sa septième journée du refus de l'échec scolaire. Son étude (lire l'intégralité ici) sur les inégalités entre enfants du primaire des zones d'éducation prioritaire et des quartiers favorisés montre que les inégalités en primaire proviennent avant tout du milieu social.

Les jeunes élèves du CM1 et CM2 aiment l'école. 76% des élèves de zones d'éducation prioritaires interrogés par l'Afev disent aimer "un peu" ou "beaucoup" aller à l'école, contre 80% des élèves issus de milieux favorisés. Plus de 60% de tous ces jeunes élèves estiment que c'est à l'école qu'ils apprennent les choses les plus intéressantes. Mais les inégalités en dehors du milieu scolaire impactent négativement ces élèves.

Les enfants défavorisés ont moins accès à la culture et à la découverte

L'école ne suffit pas à combler les inégalités, même si la primaire offre de véritables opportunités aux enfants défavorisés. Ainsi, c'est via l'école que les élèves de zones prioritaires accèdent le plus aux spectacles. 59% d'entre eux y sont allés en famille, 72% avec l'école. L'écart est encore plus criant avec les visites de musées : ils ne sont que 35% à l'avoir fait en famille, contre 83% avec l'école.

À lire aussi
Une vue du cerveau (illustration) enfance
Les souvenirs de la petite enfance ne sont jamais perdus, explique Michel Cymes

Au contraire, les enfants issus de quartiers favorisés sont 81% à être allés voir un spectacle et 76% à être allés au musée en famille. De même, ils vont davantage faire des promenades dans la nature (41% contre 13%), partent plus en vacances, particulièrement en dehors de l'été, et découvrent plus souvent des endroits nouveaux (73% contre 58%).

Les enfants favorisés sont plus soutenus et encadrés par leurs parents

Les enfants issus de milieux sociaux favorisés se couchent plus tôt (72% avant ou vers 21 heures contre 41%), lisent plus avant de dormir (77% contre 47%) et peuvent davantage compter sur leurs parents pour les aider (92% contre 61%).

"Les enfants scolarisés en secteur d’éducation prioritaire dorment moins que les autres et s’alimentent moins systématiquement le matin avant la journée scolaire. Cela diminue leurs capacités d’attention et de concentration à l’école et ces enfants sont de fait, avant même le début de la journée scolaire, dans des conditions d’apprentissage moins favorables que les autres", analyse ainsi l'Afev.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enfance Éducation nationale Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7774459148
L'école primaire impuissante face aux inégalités sociales entre les enfants
L'école primaire impuissante face aux inégalités sociales entre les enfants
Une étude montre que l'école primaire est une opportunité d'ouverture et d'apprentissage pour les enfants de milieu défavorisé, mais est insuffisante face aux inégalités extérieures.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/l-ecole-primaire-impuissante-face-aux-inegalites-sociales-entre-les-enfants-7774459148
2014-09-24 06:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/kB1aKfFA7rmH0YjHhzdpZw/330v220-2/online/image/2014/0923/7774459210_un-eleve-lors-de-la-rentree-scolaire-le-3-septembre-2013.jpg