3 min de lecture Crime

L’affaire des Irlandais de Vincennes

REPLAY - Au soir du 28 août 1982, un communiqué triomphant de l’Elysée annonce qu’une équipe du GIGN commandée par le capitaine Paul Barril vient d’arrêter à Vincennes trois militants nationalistes irlandais. Mais peu à peu des révélations sur cette opération vont faire apparaître un véritable scandale d’état.

Jacques Pradel L'heure du crime Jacques Pradel
>
L'affaire des Irlandais de Vincennes Crédit Image : JACK GUEZ / AFP | Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Charlotte Meritan

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

L'édito de Jacques Pradel

A la Une de l’heure du crime, un scandale d’Etat qui remonte à l’été 1982 : L’affaire des Irlandais de Vincennes

L’été 1982 est marqué par sept attentats terroristes. Certains sont signés et revendiqués par des organisations connues de la police, comme Action directe, ou le groupe Arménien « Orly » de l’ASALA.

À lire aussi
Jacques Pradel l'heure du crime
Il y a 30 ans: la dépeceuse de Tours

Le 9 août, vers 13h, un commando de 4 à 5 terroristes attaque le restaurant Goldenberg, rue des Rosiers, à Paris. Le bilan est très lourd : 6 morts, 22 blessés. L’opération n’est pas revendiquée. On pense d’abord à la piste de l’extrême droite, puis à une organisation palestinienne…

Fin Août, on apprend que plusieurs arrestations ont eu lieu à Vincennes. Il s’agirait de deux hommes et d’une femme, membres de l’IRA, l’organisation terroriste irlandaise. Les autorités précisent que les gendarmes du GIGN qui ont mené l’assaut, ont saisi un véritable arsenal composé d’armes automatiques et d’explosif.

Un an plus tard, le journal Le Monde révêle qu’il s’agit d’une machination, orchestrée par le commandant Prouteau et son adjoint, le capitaine Barril. L’affaire des Irlandais de Vincennes commence.

L'affaire des Irlandais, une machination des gendarmes

Le 9 août 1982, à 14 heures, un attentat antisémite a lieu rue des Rosiers à Paris. En réaction à la fusillade, le président de la république François Mitterrand annonce qu'il confie la direction de l'enquête à la cellule antiterroriste de l'Élysée. La cellule est dirigée par le patron du GIGN, Christian Prouteau, et son adjoint est le capitaine Paul Barril. 

Le 28 août 1982, on apprend par un communiqué de l'Elysée que les poseurs supposés de la bombe de la rue des Rosiers ont été interpellés à Vincennes : ce sont des Irlandais, membres de l'Armée de Libération Nationale Irlandaise. Stephan King, Michael Plunkett et Mary Reid sont des figures du terrorisme international. Pourtant, ils ne sont pas à l'origine de l'attentat qui a frappé Paris à l'été 1982. Ils ont en fait été victimes d'une machination de la gendarmerie nationale.

La machination

Peu après l'interpellation, les gendarmes perquisitionnent l'appartement où se trouvaient les Irlandais et font une prise d'explosifs et d'armes de gros calibre. Mais quelques mois après, le 20 mai 1983, les trois terroristes présumés sont libérés. La raison ? L'arrestation et la perquisition auraient été entachées de nombreuses irrégularités. 

C'est en fait le journaliste Edwy Plenel qui révèle la vérité sur l'affaire, dans un article du Monde du 31 octobre 1984 : les preuves ont été maquillés, les explosifs ont été placés par les gendarmes eux-mêmes, et particulièrement Paul Barril, dans l'appartement ! 

Le procès des "gendarmes de l'Elysée"

Le procès des gendarmes s'ouvre le 24 juin 1991 devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Les trois accusés sont Christian Prouteau, Jean-Michel Beau, et José Windels. Ils sont inculpés de subordination de témoins. Paul Barril, lui, n'est pas inculpé mais va comparaître en tant que témoin. 

Christian Prouteau, l'ancien patron du GIGN
Christian Prouteau, l'ancien patron du GIGN Crédit : AFP

Le 24 septembre, Jean-Michel Beau et Christian Prouteau sont condamnés à quinze mois de prison avec sursis, le premier pour « subornation de témoins », le second pour complicité. Jégat est condamné à quinze mois de prison avec sursis pour « détention d'armes, de munitions et d'armes explosives ». Le 15 janvier 1992, Prouteau est finalement relaxé en appel alors que Jean-Michel Beau, le dénonciateur des manipulations, est condamné à un an de prison avec sursis et 6 000 euros d'amende. Le 25 février 1992, la cour d’appel de Paris dispense de peine Jégat.

Rebondissement dans l'affaire

Le 4 août 1992, l'affaire rebondit quand, quelques jours avant la prescription de l'instruction, maître Antoine Comte, l'avocat des Irlandais dépose plainte contre X pour attentat à la liberté et faux en écritures publiques, mettant en cause Barril. Le 23 janvier 2002, la chambre d'instruction de la cour d'appel de Versailles annule l'ensemble de la procédure. Paul Barril échappe ainsi à toute poursuite.

Nos invités

Jean Garrigues, professeur d’histoire et président du Comité d’Histoire parlementaire. Auteur du livre Les scandales de la République (Ed Nouveau Monde Poche) ; Alain Hamon, ancien journaliste à RTL, directeur de l’agence de presse CREDO. Auteur du livre Le jour où j’ai mangé mon flingue (Editions Hugo & Cie. Paru le 8 octobre dernier).

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Crime Irlande Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7780579448
L’affaire des Irlandais de Vincennes
L’affaire des Irlandais de Vincennes
REPLAY - Au soir du 28 août 1982, un communiqué triomphant de l’Elysée annonce qu’une équipe du GIGN commandée par le capitaine Paul Barril vient d’arrêter à Vincennes trois militants nationalistes irlandais. Mais peu à peu des révélations sur cette opération vont faire apparaître un véritable scandale d’état.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/l-affaire-des-irlandais-de-vincennes-7780579448
2015-11-20 13:04:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/K3DbnH66M84dSm8Rj4g_jQ/330v220-2/online/image/2014/0630/7772950299_000-par127838.jpg