2 min de lecture L'heure du crime

L'affaire Amandine Estrabaud: vers un procès ?

REPLAY - La disparition non élucidée d’une jeune femme de 30 ans dans le Tarn, le 18 juin 2013.

Fait Divers L'heure du Crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
L'affaire Amandine Estrabaud: vers un procès ? Crédit Image : Nicolas Gouhier / RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Emilien Vinee


Ce mardi-là, Amandine, qui est assistante d’éducation dans un lycée professionnel de Castres, quitte son travail vers 13h pour regagner en auto-stop son domicile de l’époque, un pavillon au lieu-dit Cantegaline, sur la commune de Roquecourbe. 


Le lendemain matin lorsque sa mère, Monique, cherche à la joindre parce qu’elle est en retard au rendez-vous qu’elles avaient ensemble ce matin-là, Amandine ne répond plus. Monique se rend sur place, trouve la porte de la maison ouverte, le blouson de sa fille posé sur une chaise. Quelques minutes plus tard, dans l’allée qui conduit au pavillon elle découvre un boucle d’oreille et les ballerines qu’Amandine avait aux pieds la veille. Depuis, personne ne l’a jamais revue.


Malgré de très importantes recherches de terrain, et une enquête-fleuve, menée par la section de recherche de la gendarmerie de Toulouse, aucun indice matériel, aucune preuve concrète, n’ont pu être exploités jusqu’à présent.


Pourtant, un important rebondissement a eu lieu il y a trois ans : un suspect, a été mis en examen et écroué en avril 2016, pour « enlèvement, séquestration, viol et meurtre ». Le mois dernier, le ministère public a demandé le renvoi de cet unique suspect devant la cour d’assises, en vue d’un procès qui pourrait se tenir en septembre ou en octobre 2020.

À lire aussi
Christine et Jean-Marie Villemin, les parents de Grégory, en novembre 1984. l'heure du crime
Affaire Grégory : le combat des parents, toujours à la recherche de la vérité


Pour la famille et les proches d’Amandine, cet homme, ami du frère de la victime et habitant lui aussi Roquecourbe, détiendrait la clé du mystère. Guerric Jehanno, qui nie catégoriquement toute culpabilité dans l’affaire doit sa mise en examen à des confidences rapportées à la justice par un co-detenu, qui affirme avoir recueilli ses aveux.

Nos invités

Brian Mendibure, journaliste à la Dépêche du Midi, Me Simon-Cohen du barreau de Toulouse, avocat de Guerric Jehanno.

Lire la suite
L'heure du crime Crime Meurtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants