1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Il y a une "réponse collective" à apporter au terrorisme, pour le général Richard Lizurey
1 min de lecture

Il y a une "réponse collective" à apporter au terrorisme, pour le général Richard Lizurey

INVITÉ RTL - Le directeur général de la gendarmerie Richard Lazurey explique l'organisation de la gendarmerie, notamment face à la menace terroriste.

Richard Lizurey, invité de RTL le 29 septembre 2016
Richard Lizurey, invité de RTL le 29 septembre 2016
Crédit : Maxime Carignano / RTL
Il y a une "réponse collective" à apporter au terrorisme, pour le général Richard Lizurey
05:22
"Une dizaine de cas de radicalisation" ont été recensés au sein de la gendarmerie, affirme le général Richard Lizurey
01:45
Réserve de la gendarmerie : "On va encore assouplir cette règle des 40 ans", annonce le général Lizurey
01:28
"On va encore assouplir cette règle des 40 ans", annonce le général Lizurey
00:20
"Une dizaine de cas de radicalisation" au sein de la gendarmerie
00:34
Richard Lizurey, invité de RTL le 29 septembre 2016
11:48
Le général Richard Lizurey est l'invité de RTL du 29 septembre 2016
11:52
Clarisse Martin
Clarisse Martin

Le nouveau directeur général de la gendarmerie, Richard Lizurey, succède à Denis Favier alors que le risque terroriste plane en France. "Le niveau de menace est à son maximum, comme le disait encore récemment le Premier ministre", notant que le danger réside principalement dans la "capacité de frapper l'ensemble du territoire", avec des moyens pouvant être rudimentaires comme sophistiqués.

De nouveaux enjeux qui nécessitent une réponse adaptée, qui "obligent à s'organiser pour y apporter une réponse collective", pour réagir face à ce danger. Pour s'organiser et apporter une réponse efficace, les forces de l'ordre mutualisent des services, notamment au niveau du renseignement, explique le général Richard Lizurey. "Il n'y a pas d'entité propre à la gendarmerie en charge de l'antiterrorisme", mais néanmoins, il y a des "processus de partage d'informations". Ce qui est important, pour le militaire, ce n'est "pas le statut mais le processus et la volonté de travailler ensemble", explique-t-il, affirmant que la gendarmerie surveille 500 personnes qui pourraient "potentiellement poser problème". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/