1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Hommage à Rémi Fraisse : des policiers cagoulés repérés dans le cortège à Nantes
1 min de lecture

Hommage à Rémi Fraisse : des policiers cagoulés repérés dans le cortège à Nantes

VIDÉO - Photos à l'appui, l'extrême gauche a prouvé la présence de policiers cagoulés lors de la manifestation en hommage à Rémi Fraisse, à Nantes, le 1er novembre dernier.

Manifestation à Nantes, le 1er novembre 2014. (archives)
Manifestation à Nantes, le 1er novembre 2014. (archives)
Crédit : GEORGES GOBET / AFP

Le défilé en mémoire de Rémi Fraisse, ce militant écologiste mort au barrage de Sivens, a dégénéré samedi 1er novembre en Loire-Atlantique.

Au lendemain de la manifestation, Olivier Besancenot a accusé les forces de l'ordre d'encourager les violences. Photos à l'appui, l'ex-leader du Nouveau Parti Anticapitaliste a prouvé la présence de fonctionnaires au visage masqué dans le cortège.

Des policiers clairement identifiés

Sur les photos prises par les manifestants, les hommes que l'on voit sont bien des policiers, pas des casseurs qui se seraient retrouvés au milieu des fonctionnaires par hasard. Pour l'extrême gauche, il s'agit de membres de la BAC infiltrés dans le cortège pour provoquer. Une hypothèse pour l'heure impossible à prouver. Le ministère de l'Intérieur, lui, dément formellement. 

Est-ce que ces policiers se sont cantonnés à se déguiser en casseur ou est-ce qu'ils sont allés un peu plus loin ?

Olivier Besancenot

Mais l'image est forcément brouillée. D'abord parce que plusieurs policiers ne portent pas de brassard orange "POLICE", même si la loi ne les oblige pas tous à le faire systématiquement. Ensuite leur visage est entièrement masqué par une cagoule. L'un d'entre eux a même un foulard tête de mort autour de la bouche.

Le port de la cacoule est toléré

À lire aussi

Pourtant, en théorie, seuls les agents anti-terroristes ou les forces d'élite ont le droit à l'anonymat, le mot "cagoule" n'est écrit nulle part mais son port est toléré.

Mais les policiers pris dans la tourmente ont un argument de poids. Preuve à l'appui, ils expliquent que les manifestants n'hésitent plus à publier les photos de leurs visages sur des sites "anti-flics" et que se masquer est le seul moyen pour eux de ne pas être identifiés.

À écouter

Des policiers cagoulés repérés dans le défilé en mémoire de Rémi Fraisse à Nantes samedi 1er novembre 2014.
01:00
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/