1 min de lecture Haute-Loire

Haute-Loire : la CGT sabote des lignes téléphoniques pour protester contre la loi Travail

REPLAY - Des milliers d'habitants ont été privés de téléphone pendant plusieurs heures à cause de ce sabotage.

micro générique RTL Week-end Stéphane Carpentier iTunes RSS
>
Haute-Loire : la CGT sabote des lignes téléphoniques pour protester contre la loi Travail Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Crédit Média : Caroline Haine | Durée : | Date : La page de l'émission
Caroline Haine et La rédaction numérique de RTL

Pour la CGT, tous les moyens sont bons pour protester contre la loi Travail. En Haute-Loire, la branche Énergie du syndicat a revendiqué le sabotage du réseau téléphonique qui a duré neuf heures, mardi 3 mai de 5h30 à 14h30. Les auteurs de ce coup d'éclat ont sectionné deux câbles dans un coffret électrique situé à Brives-Charensac, près du Puy-en-Velay. La conséquence a été immédiate : les clients Bouygues Telecom et SFR ont été totalement privés de toute connexion internet, de téléphone mobile et fixe.

Dans la commune de Blavozy, Stéphane, gérant d'un bar-restaurant touché par cette coupure, dénonce l'action de "ces voyous qui embêtent le monde qui n'a rien demandé". Car à cause de cet acte de malveillance, ce restaurateur déplore un sérieux manque à gagner. "Je devais diffuser un match de Ligue des champions. Malheureusement, comme on n'avait plus de télévision, toute ma clientèle a annulé pour aller voir le match ailleurs. J'ai donc perdu ma soirée de commerce", explique-t-il sur l'antenne de RTL.

Nous n'avons plus de solution pour nous faire entendre

La CGT Énergie43
Partager la citation

Dans un communiqué publié mercredi 4 mai, les syndicalistes de la CGT Énergie43 de Haute-Loire expliquent avoir voulu se faire entendre "contre la loi Travail", mais aussi contre la menace de "privatisation" et de "démantèlement" des entreprises de service public. "Le dialogue social n’a jamais été aussi inexistant et l’information au citoyen autant déformée. Nous n'avons plus de solution pour nous faire entendre", indique le syndicat.

Les responsables de ce sabotage vont sans doute devoir répondre devant la justice de cet acte de vandalisme. Selon le procureur du Puy-en-Velay, les auteurs pourraient être poursuivis pour dégradations et atteintes à la liberté de travail. À l'heure actuelle, la police recherche également d'éventuels complices.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Haute-Loire Cgt Syndicats
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants