2 min de lecture Société

Grève des routiers : le premier syndicat va entrer dans le conflit

Le mouvement des routiers lancé dimanche 18 janvier pour arracher des hausses de salaires au patronat a obtenu un soutien de taille jeudi : la CFDT, premier syndicat du secteur, a appelé à une grève "à compter du milieu de semaine prochaine".

La CFDT entre dans le conflit qui oppose les routiers au patronat (illustration)
La CFDT entre dans le conflit qui oppose les routiers au patronat (illustration) Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La CFDT entre dans la danse. Pour donner du poids au mouvement de grève des routiers lancé dimanche 18 janvier, le premier syndicat du secteur a décidé de se mobiliser. Pour arracher des hausses de salaires au patronat, la CFDT a appelé jeudi 22 janvier à une grève "à compter du milieu de la semaine prochaine".

Cette décision "est la conséquence directe du refus de négocier les revalorisations salariales par les organisations patronales", explique dans un communiqué le syndicat qui avait déjà mené une opération coup de poing en décembre afin de peser sur les négociations salariales.

Cet appui intervient au moment où le mouvement, lancé dimanche par l'intersyndicale (CGT, FO, CFTC et CFE-CGC) s'essoufflait, les blocages et autres opérations escargot se réduisant au fil des jours.

La CGT "se réjouit" de ce soutien

"Je me réjouis que la CFDT rejoigne le mouvement", a réagi Jérôme Vérité (CGT). "C'est une excellente victoire du syndicalisme rassemblé auquel je suis attaché", a-t-il ajouté.

À lire aussi
Plus de 6.000 policiers sont mobilisés à Paris, jeudi 5 décembre, lors de la manifestation contre la réforme des retraites. grève
DIAPORAMA - Grève du 5 décembre : des manifestations sous tension

Mardi, les négociations salariales ont échoué entre le patronat et les syndicats. Le premier proposait une hausse allant jusqu'à 2 %, alors que les syndicats réclament 5%. Une nouvelle séance devait avoir lieu jeudi mais les fédérations patronales de routiers ont opposé une fin de non recevoir à cette convocation.

On n'est pas contre l'ouverture de négociations. La porte est toujours ouverte, y compris ce weekend. Si on peut éviter une action on l'évitera

Fabian Tosolini, secrétaire général chargé de la communication à la CFDT
Partager la citation

Mais d'ici la semaine prochaine, l'intersyndicale promet la poursuite vendredi du mouvement, le premier auquel est confronté le gouvernement après les attentats qui ont touché le pays début janvier..

Pause de samedi à dimanche soir

Après vendredi, "l'action repartira dimanche soir et lundi soir de manière beaucoup plus ciblée. On va toucher ceux qui refusent le vrai dialogue social", a ajouté Thierry Douine (CFTC) à l'adresse du patronat.

Jeudi, l'intersyndicale pensait pouvoir être reçue à Matignon, en vain. Puis sa délégation composée d'une dizaine de personnes s'est tournée vers l'Elysée, où elle a également trouvé porte close dans la soirée. "C'est une déception sur la conception du dialogue social", a réagi Thierry Douine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Trafic routier Mobilisation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants