2 min de lecture Transports

French blue, Norwegian, Wow Air : le low-cost pour les vols long courrier

French Blue, filiale d'Air Caraïbes, va proposer un aller simple reliant Paris à Punta Cana pour 149 euros.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
3 minutes pour comprendre du 10 septembre 2016 Crédit Image : ERIC LALMAND / BELGA / AFP | Crédit Média : La rédaction de RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Eric Vagnier
Éric Vagnier et Clémence Bauduin

Le low-cost, pas pour les vols long courrier ? French Blue prouve le contraire. Cette nouvelle compagnie aérienne, qui est en fait une filiale d'Air Caraïbes, se lance dans une traversée de l'Atlantique proposée à 149 euro l'aller simple, entre Paris et Punta Cana. French Blue n'est pas la seule à relever le défi. Fin juillet, Norwegian a ouvert, au départ de Roissy, des lignes low-cost transatlantique reliant Roissy à New-York (159 euro) et Miami (179 euro). 

La compagnie islandaise Wow Air est elle aussi sur le coup, elle propose déjà des tarifs à peu prés similaires vers les État-Unis mais annonce pour novembre un prix encore plus bas, 129 euros entre Paris et New York. La bataille est lancée pour capter ce nouveau marché du long courrier à bas coût, sur le mode de ce que font déjà Ryanair ou Easy-Jet en courts et moyens courriers dans le ciel européen. 

Gare aux suppléments

Pour parvenir à ces économies, French blue a densifié son nombre de places par avion : 23 sièges supplémentaires dans ses A 350. Les équipages aussi travaillent, volent plus longtemps pour le même salaire. Norwegian n'utilise que des avions flambants neufs, beaucoup moins gourmands en kérozène. L'islandais Wow a quant a lui choisi de faire du long courrier avec des appareils que l'on utilise normalement pour le court et moyen-courrier, qui sont moins coûteux à exploiter en faisant une escale d'une heure et demi au milieu de l'Atlantique, à Reykjavik. Il ne faut donc pas être extrêmement pressé ni s'attendre à un grand confort. 

Attention au prix annoncé, car le prix final est souvent un peu plus cher. D'abord, le tarif mis en avant - le moins cher - est toujours un prix "à partir de" : pas sûr de le trouver aux dates souhaitées. Ensuite, ces compagnies communiquent toujours par rapport à un aller simple. Vous pouvez donc avoir un aller à un prix canon mais un retour impossible à dénicher un prix aussi intéressant... 

À lire aussi
Un agent RATP assure la sécurité dans le métro durant la grève (illustration) grève
RATP : la plateforme de remboursement disponible "d'ici la fin de semaine", d’après la PDG

Enfin, typique du low-cost dans le transport aérien, attention aux suppléments. Sur les vols long courrier, cela est poussé à l'extrême : il n'y a quasiment plus rien de gratuit : le bagage en soute, l'embarquement prioritaire, le choix du siège, les repas et boissons, la couverture, l'accès au wifi... Sans oublier parfois les frais de réservation... Au bout du compte, il faut toujours débourser plusieurs dizaines d'euros supplémentaires. Mais les tarifs restent plus intéressants qu'ailleurs. Air France surveille cela de très près et n'exclut pas, si ce modèle fonctionne au-dessus de l'Atlantique, de se lancer à son tour avec une filiale dans le low-cost long courrier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports Avions Aviation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants