1. Accueil
  2. Actu
  3. Débats et société
  4. François Molins sur RTL : "Les enfants de jihadistes sont des bombes à retardement"

François Molins sur RTL : "Les enfants de jihadistes sont des bombes à retardement"

INVITÉ RTL - Le procureur de la République de Paris explique que la prise en charge des mineurs revenus de zones de combats doit être suffisamment spécifique pour les réintégrer dans notre société.

François Molins s'exprime sur la situation du terrorisme en France
François Molins s'exprime sur la situation du terrorisme en France
Crédit : Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS pour RTL
François Molins sur RTL : "Les enfants de jihadistes sont des bombes à retardement"
00:44
François Molins sur RTL : "La menace en France reste à un niveau très élevé"
23:07
François Molins sur RTL : "Il y a une inflexion idéologique de Daesh"
23:06
Calvi-245x300
Yves Calvi
Animateur

Une soixantaine d'enfants sont revenus des zones de combats jihadistes. Une fois en France, leur cas est très particulier par rapport aux femmes et aux hommes de retour après avoir combattu dans les rangs de groupes terroristes, notamment Daesh. La plus part d'entre eux sont nés sur place et n'ont donc pas atteint les 6 années. 

Mais pour ceux qui ont plus de 13 ans, ils sont automatiquement judiciarisés, explique François Molins, invité de RTL le 23 janvier 2018. À partir du moment où le mineur a eu des "activités opérationnelles et combattantes", des mandats son décernés.

Le procureur de la République de Paris, devenu expert en lutte contre le terrorisme, ajoute qu'en-dessous de cet âge, les "réponses" apportées sont "éducatives". 

Ces gamins ont vécu dans des conditions pas normales

François Molins, procureur de la République de Paris

"Ça sera un des gros enjeux des années à venir : assurer la prise en charge suffisamment spécifique et sur le long court, pour que l'on s'assure que ces petits, qui sont peut-être des bombes à retardement compte-tenu de ce qu'ils ont vu, soient véritablement éduqués et traités comme il faut, pour retrouver un semblant de vie normale."

Ces enfants de Daesh ont vu l'innommable. Des têtes coupées, des otages exécutés, brûlés... Des "gamins qui ont vécu dans des conditions pas normales pour un enfant de cet âge-là", c'est pourquoi François Molins insiste sur l'enjeu et sur le fait qu'il faut "inventer et innover des dispositifs de prise en charge qui soient pluriels".  Il faut les réintégrer dans notre société occidentale, loin de la barbarie jihadiste et de la haine de la démocratie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/