1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. François Hollande attendu sur tous les fronts pour son ultime interview du 14 juillet
4 min de lecture

François Hollande attendu sur tous les fronts pour son ultime interview du 14 juillet

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

François Hollande, le 14 juillet 2015
François Hollande, le 14 juillet 2015
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
micros
La rédaction numérique de RTL

Hollande attendu sur tous les fronts pour son ultime interview du 14 juillet

Brexit, Macron, 2017... François Hollande, toujours englué dans l'impopularité, est attendu sur tous les fronts jeudi lors de la traditionnelle interview du 14 juillet, la dernière de son quinquennat.

Le président de la République répondra pendant quarante-cinq minutes, sur France 2 et TF1, aux questions des journalistes David Pujadas et Gilles Bouleau, depuis la Salle des portraits de l'Elysée.

Il présidera auparavant le défilé militaire sur les Champs-Elysées. Australiens et Néo-Zélandais, avec des soldats maoris en tenue traditionnelle, en seront cette année les invités d'honneur en hommage à leur participation à la bataille de la Somme en 1916.

La patrouille de France ouvrira la parade avec huit Alfajet formant une tour Eiffel, en soutien de la candidature de Paris aux jeux Olympiques de 2024.

À écouter aussi

Plus de 11.500 policiers et gendarmes sont mobilisés à Paris pour sécuriser les festivités de la fête nationale dans un contexte de "menace terroriste élevée", moins de deux semaines avant la fin programmée de l'état d'urgence déclenché le soir des attentats du 13 novembre.

Attendu sur 2017, les accusations, à gauche, de "trahison" et les ambitions d'Emmanuel Macron, François Hollande n'en sera pas moins confronté à des enjeux internationaux brûlants.

La sécurité et la menace terroriste seront des sujets incontournables. Mercredi, François Hollande a annoncé que la France allait envoyer plus de soldats pour conseiller les forces irakiennes en lutte contre l'Etat islamique (EI), ainsi que le redéploiement à l'automne du porte-avion Charles de Gaulle au Moyen-Orient. 

En France, sur le plan social, des violences ont émaillé les manifestations contre le projet de loi sur le travail, qui revient le 20 juillet à l'Assemblée.

Les opposants annoncent des actions pour la rentrée mais après deux 49-3, le chef de l'Etat n'entend pas céder. Et devrait tenter de développer son antienne, "ça va mieux", en s'appuyant sur la légère embellie économique et sur l'inversion tant attendue de la courbe du chômage.

Le président devra également s'exprimer sur l'état de sa majorité. Sur sa gauche, avec les "frondeurs", Manuel Valls a dû essuyer deux tentatives de dépôt de motion de censure sur la loi travail.

Chez les "réformistes", le Premier ministre adresse désormais des remontrances publiques quotidiennes à son ministre Emmanuel Macron. Lequel, sans se déclarer ouvertement candidat, a promis à ses soutiens la "victoire" en 2017 lors d'une démonstration de force mardi à la Mutualité. Le populaire ministre ne devrait pas échapper à un nouveau rappel à l'ordre du chef de l'Etat, à qui il doit en grande partie sa carrière politique.

Selon le calendrier qu'il a lui-même annoncé, le chef de l'Etat dira "avant la fin de l'année" s'il sollicite un second mandat à l'Elysée. Hypothèse déjà ouvertement écartée, pour cause de retard irrémédiable dans les enquêtes d'opinion, par quelques parlementaires de la majorité, notamment chez les partisans d'Emmanuel Macron.

Candidat, François Hollande se plierait alors à la primaire, initiée par le PS, de la "Belle alliance populaire". Un exercice inédit pour un président sortant prévu en janvier, après la primaire non moins inédite de la droite (20-27 novembre) opposant, entre autres prétendants à l'Elysée, Nicolas Sarkozy à Alain Juppé.

François Hollande doit-il renvoyer Emmanuel Macron du gouvernement ? RTL vous invite à répondre à la question du jour.

Sondage
François Hollande doit-il renvoyer Emmanuel Macron du gouvernement ?*
La rédaction vous recommande

Violents incendies dans le sud de la France

Un violent feu de forêt avait brûlé vers 06H00 ce matin quelque 150 hectares de végétation sur la commune de Chateauneuf-les-Martigues, a-t-on appris auprès des Services d'incendie et de secours (Sdis) des Bouches-du-Rhône.

Six sapeurs-pompiers ont été légèrement blessés au cours de l'intervention, sans que leur état n'inspire d'inquiétude.

L'incendie, qui s'est déclaré vers 22H00 mercredi, est attisé par un vent "très violent" et a parcouru essentiellement des pinèdes, a précisé un porte-parole.

Le feu n'était "pas encore totalement fixé", c'est à dire circonscrit, à 06H00, mais aucune habitation n'a été évacuée ou n'était menacée par les flammes.

Le vent devrait encore se renforcer dans la journée, mais le lever du jour devrait permettre aux canadairs et hélicoptères bombardiers d'eau d'intervenir, dans des zones accidentées et difficiles d'accès.

On l'a appris hier, un sapeur-pompier a été tué et trois autres grièvement blessés dans l'accident de leur véhicule en se rendant sur un violent incendie près du Barcarès (Pyrénées-Orientales), où plus de 3.000 vacanciers ont été évacués de campings menacés par les flammes.

L'accident s'est produit pour une raison encore inexpliquée, sur une petite route départementale, pendant que leurs collègues luttaient contre un important sinistre aux portes de quatre campings, au bord de la Méditerranée.

Un pompier professionnel de Perpignan, âgé d'une quarantaine d'années, a trouvé la mort dans l'embardée du fourgon qu'il conduisait à Baho, non loin du sinistre. Les trois pompiers volontaires qui l'accompagnaient ont été hospitalisés à Perpignan "en état d'urgence absolue", a précisé Hélène Girardot, directrice de cabinet du préfet.

Le conducteur, venu du centre de secours de Pezilla-la-Rivière, a perdu le contrôle de son engin incendie, sur la RD616 qui contourne Baho. Le véhicule a fait une sortie de route puis plusieurs tonneaux, a précisé Mme Girardot.

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, dans un communiqué, a fait part de "sa grande tristesse" après le drame et a salué la mémoire de la victime, qui "comme près de 250.000 de nos concitoyens, avait fait le choix de s'engager pour protéger et porter secours aux autres".


Invité de RTL MIDI à 12H50 : Colonel Grégory Allione, vice-président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France et commandant du service d'incendie et de secours des Bouches-du-Rhône.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/