1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. France : le moral pas au beau fixe dans les entreprises au deuxième trimestre
1 min de lecture

France : le moral pas au beau fixe dans les entreprises au deuxième trimestre

Une forte majorité des membres du réseau social professionnel Viadeo est pessimiste concernant la situation de leur entreprise, selon un sondage de Viadeo.

Les entreprises du secteur privé ont employé 17,8 millions de salariés, soit 0,6% de moins qu'en 2012.  (photo d'illustration)
Les entreprises du secteur privé ont employé 17,8 millions de salariés, soit 0,6% de moins qu'en 2012. (photo d'illustration)
Crédit : AFP
micro generique
La rédaction numérique de RTL
Journaliste

Les membres du réseau social professionnel Viadeo se sont montrés pessimistes concernant la situation générale dans leur entreprise au deuxième trimestre, déçus par une amorce d'embellie qui ne s'est pas concrétisée, selon un baromètre trimestriel publié en exclusivité ce lundi par l'AFP.

Premier réseau social professionnel en France où il compte quelque 8 millions de membres, Viadeo a posé en juin quatre questions à un panel de 1.200 personnes, représentatif de la communauté de ses membres, pour la troisième édition de ce baromètre.

"Le moral n'est pas au beau fixe"

A la question "Pensez-vous que la situation générale de votre entreprise s'améliore?", 62% des personnes interrogées répondent par la négative, soit quatre points supplémentaires par rapport au trimestre précédent (41%).

Les sondés semblaient même moins pessimistes lors du dernier trimestre 2013, en étant 61% à trouver que la situation générale de leur entreprise s'améliorait. "Globalement, le moral n'est pas au beau fixe alors qu'au terme du premier trimestre on sentait le début d'une amélioration", résume à l'AFP Olivier Fécherolle, directeur de la stratégie et du développement de Viadeo.

Un souhait de mobilité

À lire aussi

Lors du trimestre écoulé, les personnes interrogées ont été plus nombreuses à se dire prêtes à "changer d'entreprise d'ici les six prochains mois" : 68%, contre 65% au début de l'année et même 56% au cours du dernier trimestre 2013.

"Ce chiffre est assez élevé puisqu'on a franchi le seuil des deux tiers dans les intentions de mobilité, et c'est une progression régulière sur les trois trimestres", analyse Olivier Fécherolle. Enfin, à savoir si elles seraient prêtes à changer de région pour évoluer, 70% des personnes interrogées répondent positivement - un pourcentage stable (70% et 72% lors des trimestres précédents).

"On entend souvent que les Français ne sont pas mobiles, mais ce chiffre élevé et constant sur les trois trimestres casse les idées reçues. Un souhait d''évolution ou une promotion, peuvent être de bons facteurs de motivation à la mobilité géographique", commente le responsable de Viadeo.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/