2 min de lecture

Espionnage américain : colère au sommet de l'Etat français

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Manuel Valls et François Hollande à l'Elysée, le 10 janvier 2015.
Manuel Valls et François Hollande à l'Elysée, le 10 janvier 2015. Crédit : THOMAS SAMSON / AFP

Espionnage américain : colère au sommet de l'Etat français

La France s'est indignée des pratiques "inacceptables" des services secrets américains qui ont écouté pendant des années les présidents français. 
   
François Hollande a réagi vivement, dès la publication par la presse de notes compromettantes pour la National Security Agency, en réunissant dans l'urgence un conseil de défense tandis que l'ambassadrice américaine était convoquée au Quai d'Orsay. 
   
La France "ne tolèrera aucun agissement mettant en cause sa sécurité", a déclaré l'Elysée à l'issue de ce conseil, soulignant que les engagements de Washington devaient être "strictement respectés" et condamnant des "faits inacceptables". 
   
Dès 09H00, les principaux ministres concernés, les responsables militaires et les maîtres espions français se sont retrouvés autour du chef de l'Etat pour  "évaluer sur tous les plans la totalité des informations" et "prévoir la réaction utile", selon l'entourage du président. 
   
Selon les documents de WikiLeaks publiés hier soir par Libération et ce site, les trois derniers présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, mais aussi des ministres et parlementaires ont été espionnés par les Etats-Unis, au moins de 2006 à 2012. 


Espionnage américain : est-ce que c'est grave ?

Invités du débat de RTL MIDI : Gérard Longuet, ancien ministre de la Défense et sénateur "Les Républicains" de la Meuse et Alain Bauer, professeur de criminologie.

La rédaction vous recommande

Attendez-vous encore les soldes pour faire de bonnes affaires ?

Les soldes d'été ont débuté officiellement aujourd'hui à 08H00, mais l'euphorie d'antan n'est plus vraiment au rendez-vous, les consommateurs ayant déjà en partie profité des bonnes affaires lors de pré-soldes alors que plusieurs professionnels remettent en cause la pertinence du système. 
   
Le coup d'envoi de la course aux rabais, qui cette année durera 6 semaines et non plus 5 en raison de la suppression des soldes flottants, a été donné par la nouvelle secrétaire d'Etat au Commerce, Martine Pinville, qui s'est rendu dans les grands magasins parisiens en tout début de matinée. 

Mais les clients, eux, n'étaient pas aussi nombreux que par le passé à avoir fait l'effort de se lever si tôt. Le premier jour des soldes ne suscite plus de ruée, la plupart préférant attendre les deuxièmes et troisième démarques pour bénéficier de tarifs plus avantageux. 


Attendez-vous encore les soldes pour faire de bonnes affaires ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Attendez-vous encore les soldes pour faire de bonnes affaires ?
Nombre de votes : 5491 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande

Bouygues Telecom : "tout n'est pas à vendre" souligne Martin Bouygues

"Tout n'est pas a vendre", a déclaré ce matin sur RTL le PDG du groupe Bouygues, Martin Bouygues, justifiant le rejet de l'offre du patron d'Altice, Patrick Drahi, de quelque 10 milliards d'euros pour le rachat de sa filiale Bouygues Telecom. 
   
"Je considère qu'une entreprise c'est pas une marchandise comme une autre, tout n'est pas à vendre", a dit le chef d'entreprise. Le conseil d'administration du groupe Bouygues a rejeté hier soir à l'unanimité l'offre d'Altice, maison-mère de l'opérateur Numericable-SFR, malgré une offre financière bien supérieure aux estimations de la valorisation de la filiale télécom. 
   
Le patron de Bouygues et fondateur de la filiale télécom a souligné qu'"il n'y a pas eu de pression politique" dans cette décision. "Ils m'ont laissé assumer le choix que je devais faire", a indiqué le responsable qui a confirmé par ailleurs avoir été reçu par le président François Hollande mardi. 

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis.

Lire la suite
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants